PUB





TOUCHES:

Ville Au Combat Aventure, Ville Au Combat Aventure jeux, Jeux de Ville Au Combat Aventure en ligne, Jeux de Ville Au Combat Aventure gratuits en ligne

Je t’aimerai jusqu’à ma mort. Ouais. Evans. Mr Evans. Ouais, que voulez-vous ? On veut vous voir. C’est urgent. Qui veut me voir ? Tollin et Mr Brown. Juste une minute. Désolé mais y a un blême. Une minute. Les gars, vous… Comment vous m’avez trouvé ? Dans le botin ? Ouais. On vous’a trouvé comme ça. Regarde-là, Eddy. Elle est aussi nue qu’un ver. Quand pouvez-vous partir ? Je ne sais pas. Quand voulez vous que je parte ? On a réservé à votre nom au Fire Creek Motel à Desert Springs. Chaque jour à midi, le bus arrive en ville, soyez-là. Il est toujours à l’heure. Le colis a récupérer au nom de Mr Brown. Vous signez le reçu Robert Brown. B-R-O-W-N. Donnez-leur le ticket des bagages et ils vous donneront le colis. Le numéro du bagage est —–. Le perdez pas, Larry. Bien, OK. J’ai le colis et alors ? Vous devez le livrer à H pétantes, Chambre , hôtel Oasis, H pétantes, Larry. Je le donne à quelqu’un dans la ? Un nom, peut-être ? C’est mon cousin. Dites-lui que c’est pour Brown. Rien d’autre ? Non, faites gaffe. Souvenez-vous de ce que j’ai dit de la compétition. Bien sûr. Je vais parttir aujourd’hui. Elle a un nom ? Ouais, Rosemary. Quand on reviendra, vous me présenterez cette Rosemary. Quand vous voulez. Bonne chance, Larry. A plus tard. Une autre faveur, d’accord ? Bien sûr, quoi ? Dites-lui qu’elle a de super guibolles. Digger ! Rosemary, tu as des jambes superbes. Quoi ? Je me fous de ce que tu penses. Je ne veux pas d’erreurs et pas de gaffes. Ben. C’est du velours. C’est un job pour les extérieurs. Tout est bien minuté. T’inquiète de rien. Tu sais, Eddy, un truc me chiffonne. Quand tu me dis ça, en fait, je m’inquiète. Reste le plus près possible, c’est tout. Bien sûr, Ben. Et le numéro ? Je t’ai dit que je m’en occuperai. A plus tard. Pourquoi s’inquiéter, hein ? Frère Henry, tu es le seul à qui je peux parler. Ellie est la patronne. Elle se comporte comme une gardienne. Mais, Diana, elle me donne tout ce que je veux. Elle dit qu’elle est seule. Elle est comme ma tante, elle veut être mon amie. Etre près de moi, en fait. Merde, c’est peut-être une perverse. On entre ? Viens, chérie ? Non, Ben. J’ai pas envie… J’ai dit, je veux y aller. Si c’est ce que tu veux… C’est exactement ça. Et l’obéissante épouse se dénude pour son amant. Viole-moi, cher mari, viole-moi. Oh, pour l’amour de Dieu… Oh, qu’y a t-il, vulgaire salopard ? Tu ne veux pas de moi ? Tu as dit maintenant, non ? J’étais pas un salopard quand je t’ai trouvé un job, hein ? Te foutre à poil te dérangeait pas à cette époque ? Ecoute-moi bien, soeurette. Ce que tu es et ce que tu as m’appartient, vu ? Oh, je comprends. Je fais partie des meubles ? Exact et oublie-le pas. Tu m’appartiens. Je m’appartiens, à moi. Ben, je supporte pas de te parler, que tu me touches, je te supporte plus ! Je te presserai tellement le nez qu’il te faudra déboutonner ta robe pour respirer. Secoue-toi, soeurette ! Je vais faire venir quelques gars et tu vas connaître la vie. Harris me dit qu’avec le travail et son expertise, tu deviendras un top-model, Qui sera beaucoup demandée.



Remonter