PUB





TOUCHES:

UNE DIRECTION EN CONCERT MÉTAMORPHOSE Aventure, UNE DIRECTION EN CONCERT MÉTAMORPHOSE Aventure jeux, Jeux de UNE DIRECTION EN CONCERT MÉTAMORPHOSE Aventure en ligne, Jeux de UNE DIRECTION EN CONCERT MÉTAMORPHOSE Aventure gratuits en ligne

Partons. Allons rejoindre M . de Charette. Nous combattrons côte à côte. Côte à côte ? Oui, je serai votre femme. C’est pas le moment. Mademoiselle ? Mademoiselle ! Je vous ai blessée. Je ne sais plus où j’en suis. Vous aussi ? Rien n’est simple pour personne. Si vous saviez, mon frère… Mais oui. Demain avec cette femme. Nous avons tous foi en quelqu’un . C’est affreux. C’est naturel . Je ne sais rien de vous. Je vous raconterai plus tard . Y en a pour un moment. Mes amis, vous connaissez la raison de ma présence parmi vous. J’étais à Londres, j’ai vu le frère du Roi . Il m’a donné une lettre qui s’adresse à vous. “Chers et loyaux…” Je vois mal une fête en ces jours de trouble. Une messe basse ? Non, je veux une g rand-messe. Sans orgue ? Mettez des cornemuses. Madame, ce mariage sera le plus beau jour de mon long ministère. Elle ne vous plaît pas ? C’est celle de I’évêque. Vous êtes fou ? Mon cadeau de fiançailles. Guérande, je peux continuer ? Allons, silence ! “Chers et loyaux sujets, “la nuit s’est abattue sur nos villes, “mais Dieu verra refleurir nos lys. “Déjà le jour se lève…” “Déjà le jour se lève aux frontières du royaume, “les souverains d’Europe volent à notre secours. “La République chancelle. “Autriche et Prusse sont en Alsace. Espagne dans les Pyrénées. “Mais c’est vous, combattants de Vendée, qui porterez le coup fatal “au ravisseur d u trône. “Vos res victoires en annoncent de plus hautes. “Aujourd’hui, votre devoir est clair. “Marchez sur Nantes, “prenez la ville, donnez un port à la flotte anglaise.” Ah non ! Vous n’êtes pas d’accord ? J’en ai assez vu . Vous outragez nos princes. Vous, surveillez votre sœur. Demandez-lui ce qu’elle faisait avec cet aventurier ? Avec qui ? Son sauveur, M . de Bastillac. Enri ! Un instant, monsieur. Voici mon gant. Voilà . J’attends vos témoins. Il est digne de moi . Le ciel I’a mis sur ma route. enri ! Si tu I’épouses, je me donnerai à lui . Il fera de moi ce qu’il voudra . Pauline ! enri ! Allons, Guérande, arrêtez ces gamineries. Il aime sa sœur plus que vous, ça crève les yeux. Ne faites pas cela, ne gâchez pas votre vie. Un gentilhomme ne refuse pas de se battre. En garde ! Rengainez votre épée, elle est au service du roi . Qu’est-ce que c’est que ces chamailleries ? Donnez-moi ça . Lâche-moi ! Va la retrouver ta Pauline. Quoi, Pauline ? Tu es là pour elle. Ça n’a rien à voir. Tu me prends pour une e ? Madame, vous voilà ! C’est décidé, je vous emmène. Vous n’y pensez pas. Je ne pense qu’à cela. Vous me faites mal . L’heure est venue. Votre bohémienne I’avait prédit, vous serez princesse grâce à moi . Non mais dites-moi, vous ! Monseig neur ! Qu’as-tu fait ? Laisse-le. Sauve-toi ! Tes princes, tes marquis, c’est de I’histoire ancienne. T’aimes ni I’un ni I’autre. Si . Lequel ? Ça te regarde pas. Tu me fais pitié. En garde ! Votre épée ? La voilà. Par Saint-Louis, Montjoie. A moi ! Montjoie ! Arrêtez-le ! Il n’y a que toi . enri . Toi seule. Je n’ai jamais songé qu’à toi, même avec elle. Pourquoi ne me I’as-tu jamais dit ? Nous sommes perdus.



Remonter