PUB





TOUCHES:

Tactique 4-4-2 Football, Tactique 4-4-2 Football jeux, Jeux de Tactique 4-4-2 Football en ligne, Jeux de Tactique 4-4-2 Football gratuits en ligne

Vous atil dit qu’il écrivaitdans les journaux ?Nous allons écrire une pièceensemble, n’estce pas ?II vous a dit ça ?Robert disait que vous étiezune bonne actrice.Nous pourrions peutêtrevous donner un rôle.Nous en reparlerons plus tard.Ne partez pas.J’ai si peu de visites.Christine m’interditde voir des gens,pas vrai ?Nous reviendrons vous voirune autre fois, Mme Forrest.Etesvous marié ?Robert n’aurait pas dûse marier.Je l’avais prévenu.”Elle va te détruire”,lui disaisje.Dites à mon filsque je veux le voir.Robert est partipour un long voyage.Il est partisans me dire au revoir ?II me disait toujours au revoir.Il m’embrassait et disait:”Je parschercher de nouveaux mondes.”Je savais ce que ça signifiait.Il ressemblaità un autre grand homme.Alexandre, il l’appelait.Vous êtes de la même étoffe.Vous n’écoutez pasles idées idiotes des femmes.Les femmes vous gâchent la vie,elles vous détruisent.Je le disais à mon fils.M. O’Malley est un étranger,il ne comprend pas.Il doit savoir la vérité,ce que mon fils a enduré,dans sa propre maison.Vous me plaisez, jeune homme.Vous n’êtes pas du genrelarmoyant et pleurnichard,comme ce Midfordqui s’accrochaitaux jupes de Christine.Robert le détestait, lui aussi.Oui, Robert.Je veux Robert.Je veux mon fils.Vous ne comprenez pas ?II est parti pour longtemps.C’est Robert.Il part conquérirde nouveaux mondes.Asseyezvous.J’étais cuisinière,j’avais un fils.Maintenant,j’ai une maison plus grandeque celle des genspour qui je cuisinais.Voilà ce que mon filsa fait pour moi.Les grands hommesont des grandes maisonset les petites gens les servent.Oui, Robert. Je t’écoute.J’écoutais l’autre jour,mais elle avait le téléphone.Pourquoielle ne t’a pas averti ?C’est faux.Quelqu’un l’a avertie.Malgré le tonnerre,j’ai entendu quelqu’un dire:”Dites à M. Forrestque le pont est détruit.”Mais elle ne l’a pas prévenu.Ce n’est pas moi qui ai reçule message. Il était trop tard.Trop tard ?Si vous aviez traversé le pontcomme d’habitude ?Mon cheval s’est emballé.Les hommes comme Robertne meurent pas accidentellement.On les poignarde dans le dos.Où estu Robert ?Je veux mon fils.Voyez ce que vous avez fait.Je veux mon fils.Vos lecteurs se réjouirontde savoir qu’elle me haïssait ?Ajoutez la mère folleà votre récit.Nous avons une passion absurde,dire la vérité.Quel que soit le prix à payer.C’est un devoirenvers mes lecteurs.Quitte à leur briser le cœur ?Ce n’est pas à moi d’en juger.J’ai échoué en n’obtenant pasce que cherchais.Mais je ne suis plus sûrde vouloir savoir.Je laisse ma place.A quelqu’un qui se fiche pas malde la vérité et de vous.Je n’accepteraipersonne d’autre.Vous n’avez cessé de m’égarer.J’exauçais votre désir.Désolé, je ne peux y croire.Je ne me fie plus à rien,ni à mes sens ni à mon jugement.Rien ne nous oblige à continuerde nous faire souffrir.Je préfère rentrer seule.Comment estu entré ici ?Par relations.Tu cherches quelque chose ?Juste une intuition.C’est magnifique.Qu’estce que c’est ?Le pont.Quel pont ? Où ça ?Celuici ?Estil normalqu’il se soit effondré ?Ne sois pas bête.Tu perds ton temps.Ce n’est pas ton domaine.



Remonter