TOUCHES:

Super Tuer D’Aide-Cuisinier, Super Tuer D’Aide-Cuisinier jeux, Jeux de Super Tuer D’Aide-Cuisinier en ligne, Jeux de Super Tuer D’Aide-Cuisinier gratuits en ligne

irrégularités impossibles à prouver autrement. Je ne peux rien faire pour vous. Vous devrez demander un permis temporaire pour apatrides. Comme c’est bien d’avoir des racines, un parcours lisse du berceau à la tombe. Bien de ne pas avoir d’ennemi intérieur. Un “ennemi farouche dans mes rangs”, comme vous dites. Que feriez-vous à ma place ? Ces papiers m’ont permis de naître, et maintenant ils m’éliminent. Gardez ça pour vos archives. Je suis le maître de mon destin. Stresa, Italie Solal ? Écoute, mon amour. J’ai décidé de rompre avec tout ce qui nous entoure. Une seule chose compte désormais : Nous. Garde les yeux fermés. Tu peux les ouvrir maintenant. Mariette. Ça ne te plaît pas ? C’est magnifique. Je me disais qu’on pourrait inviter des gens. Ah, bon ? BONNE ANNÉE Je suis entouré de cadavres. Pourquoi ne peuvent-elles pas continuer à vivre au jardin ? Solal, il y a une soirée dans la villa d’à côté. Alors nous devons y aller. Tu aimerais y aller ? Oh, oui. Parce que tu t’ennuies déjà avec moi. M’ennuyer avec toi ? Solal ! Sinon pourquoi voudrais-tu aller à une soirée où tu ne connais personne ? Je me disais que ce serait amusant. Je conclus mon plaidoyer. Quel plaidoyer ? Mesdames et messieurs du jury, cette femme vient d’admettre que je l’ennuie à mourir. Bonne nouvelle, le plombier est ici pour réparer les toilettes. Il était temps. Qu’est-ce qu’on attend ? Allons à la soirée rencontrer ces minables. Tout plutôt que de rester avec ce vieux raseur de Solal. Ce n’est pas vrai. Tu sais que je t’aime ! Et si on me coupait les bras ? Quoi ? Tu m’aimerais encore ? Je ne sais pas de quoi tu parles. Laisse-moi t’expliquer. Imagine : Tout à coup, je ne suis plus beau du tout. Je suis horrible à regarder. Un homme-tronc, suite à un tragique accident. Que ressentirais-tu à mon égard ? Je ne sais pas. C’est une idée ridicule. Je suis un homme-tronc ! Une masse fétide, puante ! Pourquoi m’aimerais-tu ? Sans bras ni jambes ? Pourquoi ? Je ne sais pas, je t’aimerais. Réponse insuffisante, madame ! Bon. Parce que je t’aime comme tu es. Parce que toi seul, mon Sol tourmenté, es capable de me poser ces questions absurdes. Je serais perdue sans toi, Solal. Amputé ! Ce n’était pas assez bien pour elle. Ils ont quatre toilettes maintenant. Vous savez pourquoi ? Pour que l’un ne sache pas quand l’autre fait ses besoins. Il n’y a pas de honte à aller aux toilettes. Moi et feu mon mari on aurait fait nos besoins ensemble plutôt qu’être séparés. C’est ça, le vrai amour. Je vois bien qu’ils cherchent des sujets de conversation. Toujours les histoires d’enfance de mon Ariane. C’est de l’amour, ça ? Non. Ils ne peuvent même pas se voir sans être tirés à quatre épingles. Et elle ne sait rien de lui. Rien. Pas de passé, pas de présent. Ça ne présage rien de bon, je le dis. Leur amour est hanté par des fantômes électriques. À quoi penses-tu ? Aux circassiers, aux paupièriers Jeux et aux pins. Les pins de Céphalonie. Pourquoi ne m’as-tu jamais emmenée là-bas ? J’aimerais y être enterré. Près de la mer. C’est pour moi ? Merci. Pas maintenant.



Remonter