PUB





TOUCHES:

Super The Mountaineer, Super The Mountaineer jeux, Jeux de Super The Mountaineer en ligne, Jeux de Super The Mountaineer gratuits en ligne

il faut que tu m’expliques. Si Pedak t’a plombé avec cette balle, pourquoi n’est-il pas en taule ? Je m’y suis pris comme un con. J’ai débarqué sur le coup tout seul, et me suis pris une bombe lacrymogène dans la chambre forte. Son frère et le reste de la bande étaient en train de faire la razzia. Eddie se tenait près de la porte. Il m’a tiré dessus jeux dans le ventre. Tu n’as pas répondu à ma question. Après avoir été touché, j’ai eu la force de lui arracher son masque à gaz. Je n’ai vu que ses yeux. Le tribunal a conclu : “manque de preuves.” Tu as déjà pris une balle de dans les tripes ? Non. Mais comment peux-tu affirmer qu’il s’agissait de Pedak ? Je n’ai pas oublié ses yeux. La police ? Pas dans une de ces grosses bagnoles. Hé, Eddie! Il veut te parler. Miaou. Kris, je te présente mon frère, Walter. Qu’est-ce qu’il veut, ton frère ? Aucune idée. Sargatanas, tu pourrais faire un effort ? Je ne peux pas encadrer ton frangin. C’est encore moi le patron de cette entreprise, n’oublie pas. Tu manques à ta parole en le recevant ici. Ne te mêle pas de ça. Fous-les dehors. Ne te mêle pas de ça. Jamais. Bien sûr, j’adore jouer avec les gamines. Tu veux bien jouer avec moi ? Cathy jeux C’est l’heure d’aller au dodo. Kris ? Tu fais une bise à Oncle Walter, Cathy ? Allez, chérie. Tu vas me lire une histoire, maman, sur le beau bateau vert sur la mer ? Papa, maman et moi, on va prendre un pot de miel, beaucoup d’argent, et s’en aller dans un beau bateau peint en vert. Bravo, Cathy ! Bonne nuit, petite fille. Bravo, bonne nuit ! Eddie. Tu as besoin de ça quand tu viens chez moi ? Tu réussissais mieux quand on était ensemble, Eddie. C’était le bon temps. Oui, le bon temps jeux Qu’est-ce qui t’amène ? Où est-ce que tu bosses maintenant ? Je me débrouille plutôt pas mal. C’est ce que je vois. Tout va bien, Walter. Pas de doute. Tu es devenu quelqu’un. Te moque pas de moi. Conduire un camion, c’est mieux ? Comment tu sais ça ? De la même manière que j’ai appris où tu habites. Il faut s’entraider entre frères, tu ne crois pas ? On est quittes. J’ai payé mes dettes. Toi, l’Etat. Presque deux ans. Tu me prends pour le Parrain ? Tu crois que je cherche des ennuis ? Ça ne me plaît pas de te voir en baver comme ça tous les jours ! Eddie, Il y a tellement de fric ici-bas. Et tellement de moyens d’en gagner ! Illégalement. Oui, illégalement ! Sur cette planète paumée, tout le monde vole du fric ! La presse, les curés, tout le monde ! Eddie, tu sais ce que nous avons en commun avec les rois et les lions de cette planète ? On est tous voleurs. J’ai pris ma retraite, Walter. Je me suis rangé. J’ai l’intention d’y rester. Quel âge a ta gamine ? Ferme-la. C’est simplement que jeux Je t’ai dit de la fermer ! D’accord, Walter. Je t’écoute. Et ne parle plus de l’affaire Legno. J’ai quelque chose à te proposer. Vas-y. Tu te fous de moi ! Ma parole, c’est la vérité. Sur table, dollars ! Pour quoi ? Pour risquer ma peau ? Non, non, Eddie. Une nuit de boulot, pas plus. Une seule nuit ! Avec ce genre de fric, tu peux te payer les meilleurs.



Remonter