PUB





TOUCHES:

Super Prélude Enola, Super Prélude Enola jeux, Jeux de Super Prélude Enola en ligne, Jeux de Super Prélude Enola gratuits en ligne

Tu vas m’aider. Je ne t’ai encore accusé de rien. Et si tu veux un avocat, je peux t’amener au poste, et t’accuser de quelque chose. Allez, vieux, écoute, tu ne vas pas m’enfermer. Je réponds aux questions, non ? Allez. Pose-moi des questions. Je répondrai. Je n’en sais pas plus qu’avant sur ce braquage. Je vais te poser une autre question. Tu reconnais cette voiture ? Quelle voiture ? Celle-ci. Celle dans laquelle on roule. Pourquoi je reconnaîtrais cette foutue voiture ? Elle ne te dit rien ? Ça ne te ramène pas un peu en arrière ? Quoi ? Tu ne te souviens pas l’avoir conduite ? Je crois que je le saurais. Oui. Et le conducteur ? Quoi ? Ce type ? Ce type derrière le volant. Mon ami Tony ? Tu te souviens de lui ? Je ne le vois pas bien. Il doit se retourner. Arrête la voiture, Tony. Tourne-toi, et regarde cette merde. Qui est ce type ? Tu ne te souviens pas de lui ? Non. Tony, vous vous souvenez de lui ? Oui. Rafraîchissez-lui la mémoire. L’été dernier, sur l’autoroute. Racontez-lui ce dont vous vous souvenez. Tu as tué ma femme et ma fille. C’est débile. Je n’ai jamais tué personne. Racontez-lui toute l’histoire. Toi et tes amis, vous nous avez fait quitter la route. Dites-lui qui sont ses amis. Lou et Turk. Tu te souviens de ça, Ray ? Tu te souviens du rodéo sur l’autoroute, d’avoir effrayé les autres voitures ? Vous êtes débile. C’est débile. On a fait une crevaison, et Lou et Turk l’ont réparée. Toi et Turk avez pris ma voiture et ma famille, et j’ai dû monter dans ta voiture avec Lou. Et ensuite, Tony ? Lou m’a amené jusque dans la lande, et il m’a jeté dehors. Vous êtes revenus avec ma voiture, vous avez tenté de m’attirer dans votre piège. Vous êtes revenus à l’endroit où Lou m’avait laissé. C’est pour ça que vous y êtes retournés, Ray ? Vous êtes malades ! Et qu’est-ce qu’on y a trouvé, Tony ? Dites-le-lui. Vraiment ? Tu ne le sais pas, Ray ? Vous êtes tous débiles. C’est débile. Les corps de ma femme et de mon enfant, que tu as ramenés et jetés là. C’est toi. Je te connais. Qu’en dis-tu, Ray ? Vous êtes fous. C’est une grave erreur. Je ne crois pas. Je ne crois pas, Ray. Mets tes mains devant toi. Tu n’as pas le droit. Pas le droit ? Droit, droit, droit. Toi et tes foutus droits. En parlant de droits, je veux te signaler que j’enregistre cette conversation. LÀ. Compris ? Très bien, allons-y, Tony. On va à un endroit dont tu pourrais te souvenir, et tu pourrais te racheter en me racontant tout. Mais si tu as oublié, Tony s’en souvient, lui, d’accord ? Hé, je suis désolé pour ta famille, mon gars. C’est dommage. Mais je n’ai rien à voir avec ça. Quel est cet endroit ? Tu connais cet endroit. Je jure devant Dieu que non. Tu veux sortir, Tony ? On va à l’intérieur, Ray ? Pourquoi ? Allons-y, allons jeter un coup d’œil. Très bien, très bien. Tu les as violées sur le lit, je suppose. Je n’ai violé personne. Arrête de déconner. On sait pour cette fille à Lubbock. Les accusations ont été levées. Je n’ai violé personne. Je veux savoir, Ray. Je veux connaître l’histoire exacte, que leur as-tu fait ? Demande ça à quelqu’un d’autre.



Remonter