PUB







TOUCHES:

Super Pigsaw Match De La Finale De, Super Pigsaw Match De La Finale De jeux, Jeux de Super Pigsaw Match De La Finale De en ligne, Jeux de Super Pigsaw Match De La Finale De gratuits en ligne

Je pensais qu’elle te rendrait pas jalouse. J’ai peur, enri. Séparons-nous. Epouse-la. Tu le veux ? Je partirai avec M . de Bastillac. Ah non ! Si, il le faut. Accorde-lui ma main. Lâche-moi ! Tu vas me laisser ? Taïaut ! Taïaut ! Il a frappé Monseigneur. Il I’a traité de citoyen. C’est un espion républicain, j’en étais sûr. Laissez-le-moi ! Enri, non ! Arrêtez, je vous en supplie. Ah ! Vous I’avez tué ! Tant mieux. Mais c’est Nicolas, c’est mon mari. Vous I’avez tué. Assassin ! Oh ! Oh ! M . le marquis ! On I’a, on le tient. Lâches ! Lâchez-le ! Madame, c’est un sans-culotte. Il a raison . Attrapez-les ! Attrapez-les ! Tu sais qui c’est, ton Bastillac ? C’est Philibert, son mari . Alors ? Rien et vous ? Rien, d isparus. Qu’ils aillent au diable. Rentrons. Nous ne pouvons pas nous quitter. Et si nous mourons demain ? Qu’importe ! Nous serons ensemble. Tu te rappelles la re fois qu’on a dormi ensemble ? C’était déjà dans un arbre. Un pommier. T’avais ans. Tu faisais tout ce que je voulais. J’ai changé ? Retourne-toi, t’es tout dépeigné. Qu’est-ce que c’est ? Rien. Non, laisse. Donne. Qui c’est ? La fille d’un armateur. Arthur Davison . Enfin, Arthur, c’est le père. Elle, c’est Margaret. J’ai compris, je t’en veux pas. Un homme peut pas rester tout seul. Tu n’étais pas seule. Elle a I’air gourde. Tu sais, cette jeune fille, elle est pas mariée. Elle voulait… Se marier. Oui, mais elle pouvait pas épouser un homme déjà marié. T’es d’accord . Arrête de bouger. Tout bouge. Tout. La Révolution, ça bouge. Un couple, au début, il est heureux. Après, il se dispute. Maintenant, y a le divorce. C’est quoi ? Cette nouvelle loi . On va à la mairie, on signe un papier. Y a plus de mariage. C’est . Aïe ! T’as un cheveu blanc ! Je disais… T’es beau maintenant, embrasse-moi. Oui, bon, Margaret… La fille d’Arthur. Elle veut t’épouser, c’est ça ? Oui, exactement, t’as deviné. J’avais pensé que toi et moi, on aurait pu, enfin bref… On pourrait divorcer. C’est pour ça que t’es revenu ? Oui. Tu le dis maintenant ? Quand voulais-tu ? Cette nuit, pas question de divorce. Me touche pas. Tu me dégoûtes. Toujours aussi menteur. J’ai gâché ma vie avec ça . Dis donc ! Gâché mon enfance, ma jeunesse. Qui m’a toujours couru après ? Je pouvais rien faire. Toujours dans mes jambes. Tu disais pas non. J’ai honte. Je trouve un ami, il me I’assassine. Moi ? T’as pas tué le baron ? Il m’avait provoqué. Ça suffit. Sauvage, grossier. T’as fini de m’injurier ? Espèce de Turc. Rends-moi ça . Je I’envoie en I’air, ta communiante. Ah ça, tu vas me le payer. Qu’y a-t-il ? Ecoutez ! Va-t’en, je veux plus te voir. Retourne en Amérique. Tout de suite. Bon voyage. Merci . Epouse-la ton héritière. Toi, tes vieilles perruques. Ah, monseigneur ! Quelle chance ! Ah, madame ! C’est un miracle. Je n’espérais plus. Débarrassez-moi de ce vaurien. Qui ? Lui, là-haut. Oh oh ! Encore cet animal ! Avec joie. Non ! Vous ne savez pas ce que vous voulez. Elle a jamais su . Je vise. Vous ne me verrez plus. Délivrez-moi de lui que je vive enfin. Avec moi ? Si vous voulez. Madame…



Remonter