PUB







TOUCHES:

Super Mario Rapide Explorer, Super Mario Rapide Explorer jeux, Jeux de Super Mario Rapide Explorer en ligne, Jeux de Super Mario Rapide Explorer gratuits en ligne

Laisse-moi partir. Elle a raison. J’ai l’air d’un arrière de bus. Mon visage est trop gras. Mes cheveux, on dirait de l’herbe. Je suis un désastre. C’est faux. Elle est jalouse de toi. Jalouse ! Tu as vu mon tour de taille ? Jalouse ! Jamais ! Arrête ça ! Tu es sacrément jalouse. Arrête ! Pourquoi je me suis marié avec toi ? Jos, s’il te plaît, va-t’en. Pourquoi tu m’as épousée ? Accords retentissants sur le piano. Crissement du train entrant dans le tunnel. Ne t’évanouis pas, chérie. Je t’aime. Je t’aime, bon sang ! Je t’aime. Je t’aime. Tais-toi ! Reviens à l’appartement parce que je veux te parler. Je ne veux pas entendre. Désolé, mon amour, mais je t’aime. C’était une belle femme. Belle. Tolérante. Raffinée. Et aussi excitante qu’une demi-brique. J’ai toujours espéré, quand Georgy était petite, que vous auriez un fils. Je ne sais pas. Peut-être qu’ils auraient pu se marier. Je suppose que ça vous semble ridicule, l’idée que quelqu’un veuille Georgy. Non. Je ne la vois plus. Ça ne vous inquiète pas parfois, qu’elle puisse courir un danger ? Danger ? Les gens auxquels elle se mêle. C’est juste une enfant. Aussi coriace que des bottes. À ans, elle pouvait casser une noix dans sa main. C’est une fille, elle est immature. Qui voudrait aller avec la vieille Georgy ? Je veux dire, regardez-la. Je t’aime ! Je l’aime. Vraiment. Qu’est-ce que j’y peux ? Je l’aime. Vraiment. “What can I do, scuddlydoo.” Je ne plaisante pas. Je t’aime ! Je ne plaisante pas. Je suis un homme désespéré, ma p’tite dame ! Rien ne m’arrêtera ! Je me mets tout nu si tu ne viens pas tout de suite avec moi. Tu ne me crois pas ? Elle ne me croit pas. Le dénouement le plus rapide d’une cravate depuis que le er romain s’est mis un truc autour du cou. Tu as dit quoi ? Les Romains n’ont pas inventé les cravates ? Je suis nul en histoire. Tu n’as pas encore peur, hein ? Regarde ça. Belle paire de chaussures. Les chaussettes aussi. Que dis-tu de ça ? Il reste le pantalon chérie, et je l’enlève maintenant. Attends le compte à rebours. , , , , Jeux Jos, s’il te plaît ! Tu cèdes ? Ou tu veux la torture chinoise de l’eau ? Rhabille-toi. Et tu rentres ? Dépêche-toi, mes mamelons sont gelés. Je t’aime. Je ne lui ai jamais dit ça, ni à elle, ni à personne. J’ai grandi pour t’aimer de la bonne façon. Alors tout va bien. N’est-ce pas ? Jos, je t’aime. Je sais. Parce que c’est vrai, parce que Jeux Écoute, ça va aller. Tout ira bien. Tu crois ? On va vivre heureux pour toujours. Qui est-ce ? C’est Peg. Peg ? Le petit nom de Margaret ? Oui. Je ne peux pas t’inviter, je sors du lit. Tu ne veux pas savoir pour Meredith ? Quoi ? Elle dort. Ah bon ? Je reviens de l’hôpital. Elle a commencé le travail. Que se passe-t-il ? Pourquoi tu n’étais pas là ? Je t’écrirai une lettre. Tu es seul ? Ferme-la, Peg. Il y a autre chose ? Non. Les infirmières ont dit que je ne pouvais rien faire, et tu dois appeler à h. C’est bon. Appeler à h. Bonne nuit. On va à l’hôpital. Mais Peg dit qu’on n’a pas à y aller avant demain. Elle va avoir son bébé ! Le tien ! Vilaine. On n’a pas besoin de gaz avant les grandes contractions.



Remonter