TOUCHES:

Super La Ballade De Paralyser Kane, Super La Ballade De Paralyser Kane jeux, Jeux de Super La Ballade De Paralyser Kane en ligne, Jeux de Super La Ballade De Paralyser Kane gratuits en ligne

ma petite Salomé. Une petite putain habile, gâtée, égoïste. Tu es dégoûtant. Je t’ai dit que c’était de l’histoire ancienne. Non, c’est vivant et en cours ! Tu ne comprends pas ? Dietsch sera toujours ici, entre nous ! Il est couché sur toi, là maintenant ! Je ne peux plus supporter de vivre avec toi. Sors de cette maison ! Tu as menti ! Je t’ai fait confiance ! On n’en serait pas là si tu n’avais pas fait du trapèze volant avec un chef d’orchestre ! Tu lui as pris sa baguette ? Tu ne vois pas ? Tu salis notre amour. Je salis notre amour ? Tu l’as déjà fait, tu as Dietsché notre amour ! Lui as-tu dit que tu étais sa femme ? En allemand, je parie ? Ich bin deine Frau. – Ja, ja, ja ! Arrête ! Arrête ! Tu lui as dit que tu l’aimais ? Je l’aimais pas ! Pourquoi as-tu succombé alors ? Il était doux. Doux ? Un homme qui fait que se servir ? Tu es dégoûtant ! Un homme qui se sert est un gentleman et moi je suis dégoûtant ? Viens ici ! J’ai dit viens ici ! Pardonne-moi, mon amour. Pardonne-moi. Je ne te ferai plus jamais mal. Que va-t-il nous arriver ? Un nouveau départ. Un changement de décor. Ça te dirait d’aller à Turin ? Royal Hotel Turin, Italie Je t’ai rapporté un souvenir de l’église. J’ai encore une question et si tu y réponds, je te promets de ne plus jamais en parler. Avait-il une manière allemande de copuler ? Je te demande ça car j’ai l’impression d’avoir un rapport intime avec lui. Quelque part nous sommes aussi amants désormais. Alors dis-moi, comment le fait-il ? Va te coucher. Je suis un homme méprisable. Ne dis pas ça, ce n’est pas vrai. J’ai le numéro de son hôtel à Turin. Si on l’appelait ? Je t’en prie, c’est absurde. C’est toi qui as couché avec lui, alors si on l’appelait pour lui rafraîchir la mémoire ? Je suis épuisée. Je n’en peux plus. Pardonne-moi. Je peux te pardonner. À une condition. Que tu l’appelles et que tu couches avec lui devant moi. Tu es fou. Juste une fois. Quelle différence ça peut faire ? Au moins on vivrait la vérité. Tu l’appelles ou je le fais ? Notre avenir en dépend. C’est censé être ça, l’amour ? Ne bouge pas. Une autre surprise. Comme ça, on pourra se faire une partie à trois ! Tu es plus intéressé par lui que par moi. C’était comme ça ? Il t’a baisée sur sa musique ? C’était comment ? Arrête ! Sol, ne fais pas ça ! Pour toi, pour notre amour ! Laisse-moi te respecter, mon amour. Vous pouvez faire notre lit ? Allez-y. L’homme-tronc. Je te ramène, Solal. Ritz Hotel Genève, Suisse Elle m’a ramené à Genève, là où nous nous sommes rencontrés pour la première fois. De retour. Pour un nouveau départ. Bonsoir, M. Solal. Bonsoir. Si vous voulez bien signer ici, Monsieur. C’est ce que tu veux, n’est-ce pas ? Un. Deux. Trois. C’est si beau, Ariane. Il y a tant d’arbres. Des cyprès et des citronniers, grenadiers et pins. Myrobolans, paupièriers. Je les vois tous, Solal. Il commence à faire froid, Solal Jeux prends ton manteau. Je vais plonger. Qui veut venir avec moi ? Non, je vais faire un tour. Paul, tu viens ? J’ai la gueule de bois, chérie. Rob, tu veux venir ? Je suis frileux. Mais



Remonter