PUB







TOUCHES:

Super Cute Creamery, Super Cute Creamery jeux, Jeux de Super Cute Creamery en ligne, Jeux de Super Cute Creamery gratuits en ligne

Je sais. On s’inquiète pour toi. Beaucoup. À un moment, tu vas devoir grandir et rejoindre le club des grands. Sérieux. À ce rythme, tu ne vas pas aller loin. Écoute-moi. Je sais, je me répète. Viens bosser pour moi. S’il te plaît. Jeton aurait adoré que ses fils bossent dans sa boîte. Il aurait adoré ça. Je ne veux pas… Sécurité, stabilité. Un salaire. De l’argent à dépenser. Un ancrage. Je ne veux pas bosser pour la boîte. Il est temps de te construire une vie. Ferme-la. C’est super ! Être paysagiste, non. Je ne veux pas gravir les échelons. Que reproches-tu à cette boîte ? Créée de zéro ! Chapeau à papa. Quel mal y a-t-il à y bosser ? Je ne veux pas. C’est tout ! Tu peux pas me filer un joint et me sermonner après. C’est tout toi. Je fume pas assez… “C’est tout !” C’est tout. “Je ne peux pas être stone…” Tu me fais planer, “…et réfléchir à ma vie.” puis tu me fais la morale. . Ils sont bons, ses cookies. Ne fais pas ça, bêta. Abstiens-toi. Ne t’avise pas de parier. Ne fais pas ça. Jake a entendu ? Non, je regarde à travers les écrans. Des culturistes, partout. Oh, mon Dieu. Purée… Désolé. Ça aurait été ciao, Arthur. Super histoire, n’empêche. Non, c’était pas une histoire, mais vrai. On parie quoi ? Du bœuf italien ? Vingt. Plus du bœuf italien. Mec, j’en ai besoin pour faire le plein… Bravo, joli tir. Fais pas ça. Oh, non. Dégueulasse. C’est quoi, ce bordel ? ! Oh, non. de merde. Oh, non. Ça craint. Ce n’est pas… Fait chier. Le fait même que tu envisages ce plan signifie que ce sac sera vide dans trois semaines. Faux. Absolument vrai. Il y a un happy end sur ce coup. Impossible. Mais si. Y a jamais eu de happy end pour toi. Bonjour l’attitude de loser. Depuis que je te connais, dans chacune de tes histoires, tu pars de là, puis c’est la dégringolade. Parce que t’es mon parrain. Je dois juste te raconter mes triomphes ? Je gagne, en général. C’est qui, ton parrain ? Toi. Moi ? Non. Si. Non, pas ton parrain. Six mois sans venir à une réunion. Il y a un système en place. Un programme particulier. Laisse-moi te dire qui je suis. Un type que tu invites au resto, et à qui tu débites tes conneries sur ce que tu vas faire, espérant mon accord pour ne pas avoir mauvaise conscience. Mon parrain, quoi. Tu sors ça du programme ? Dans le programme… C’est ça, ta définition du rôle de parrain ? Je veux juste prendre $ du sac et les jouer. Et dès que je me suis renfloué, je remets les $ à leur place, et je range le sac. T’es un loser. T’as jamais rien gagné. Tu fais que perdre. T’es le roi de la lose ! Non. Tu ne fais pas dans le détail. Le loser suprême. Tu ne gagneras pas un rond ! Peut-être que si. Non ! Si je rembourse tout, ce qui est faisable, quel est le problème ? Si tu prends $, t’en prendras $ de plus. Non. C’est ma limite. Si, carrément. Ma limite, c’est . Pas touche après ça. Depuis qu’on est assis ici, tu as sorti % d’âneries ! Gene, c’est une opportunité. Une opportunité unique pour moi. Je n’ai jamais eu ce genre de matelas financier. L’opportunité qui t’est donnée, là, c’est de laisser ce sac dans le placard, de rien foutre d’autre, et d’empocher



Remonter