PUB





TOUCHES:

Super Commune De Pizza, Super Commune De Pizza jeux, Jeux de Super Commune De Pizza en ligne, Jeux de Super Commune De Pizza gratuits en ligne

Si tu as gardé ton âme d’enfant, tu y arriveras très bien. Mesdames et Messieurs, j’ai l’honneur de vous présenter le fabuleux cirque Les Aigles Humains ! Le cirque le plus raffiné et le plus élégant du pays ! Oui ou non ? Voilà Jeux Je peux entrer ? Comment ça ? Tu es déjà entré. Qui êtes-vous ? Je suis étranger ! De quel pays ? D’Étrange ! Et que voulez-vous ? Travailler, Monsieur le Directeur. Que savez-vous faire ? Je sais péter. Faites voir. Sachez, monsieur, qu’ici, seuls les Chiliens ont droit de péter ! Retournez donc péter dans votre patrie ! Étranger répugnant ! Il mérite une bonne correction ! Allez, les gars ! Je n’en peux plus ! Je ne suis personne ! Personne ! Je me sens si mal, je veux me suicider ! Mais comment faire ? J’ai trouvé ! Je vais me chatouiller jusqu’à mourir de rire. Mon meilleur ami me hait ! Je suis un traître, j’ai couché avec sa fiancée ! Elle m’a peut-être refilé la syphilis ! La pauvre est peut-être tombée enceinte ! La vie est un jeu ! Il faut rire de tout, même du pire ! Riez ! Riez ! Oui, riez ! Souffrir est idiot ! Je ne suis pas un clown. Je suis un poète ! Poète ! Poète Jeux “Je ne t’ai jamais trouvée, “toujours je t’ai perdue. “Une éternité à voyager en quête de l’impossible rencontre Jeux “pour te dire que c’est toi, “qui à coups de rs, “à coups d’entailles, “as édifié mes rêves.” Réveille-toi, poète. Poète. Mieux vaudrait dormir qu’être éveillé. Mieux vaudrait être mort. Mieux vaudrait n’être pas né. Ça suffit, Enrique. Tu es en train de te détruire. On ne te laissera pas te suicider. Tout n’est que néant. Vous perdez votre temps. Tout n’est que vie ! La vie. Ce n’est pas toi qui souffres, c’est l’image que tu t’es faite de toi-même. Tu es un poète ! Vois les choses autrement. Ni moi, ni Pequeñita, ne t’avons rien pris. Je suis ton ami Jeux et le resterai jusqu’à ma mort. Pour Pequeñita, tu es Dieu. Oui, tu es Dieu ! Et voici ton enfant. menteuse, ce fœtus n’est pas de moi ! Je l’ai engendré en pensant à toi ! Je parle à ton cœur. Aie pitié de moi. J’ai ton nom tatoué dans mon âme.



Remonter