TOUCHES:

Super Camion De Pompiers, Super Camion De Pompiers jeux, Jeux de Super Camion De Pompiers en ligne, Jeux de Super Camion De Pompiers gratuits en ligne

les hommes, qui étaient salement blessés. Ils nous tabassaient à mort. Vous êtes malades ! Appelez la police ! Des gens sont enlevés ici ! Ne bloquez pas la route. Des gens sont enlevés ! Je pensais ne jamais revoir mes amis vivants. Compte tenu du nombre de gens enlevés et blessés, à ce stade, c’était vraiment terrifiant. PLUS TARD DANS LA NUIT J’ai négocié avec Ianoukovitch, le Président de l’Ukraine. À compter d’aujourd’hui, la Berkut cessera d’employer la force contre les militants. Tous les manifestants kidnappés seront relâchés. On nous ment ! Rien ne garantit que ce ne sont pas des mensonges, on nous a trompés tant de fois Radio On peut se faire attraper si on rentre chez nous ! Ils nous tueront un à un ! Et personne ne les juge ! Pourquoi le gouvernement ne juge-t-il pas ses propres crimes ? JOUR FÉVRIER Quand je suis parti faire ma ronde de nuit habituelle, ma fillette est venue me voir et m’a demandé de ne pas y aller. Elle m’a dit “Papa, quand je serai grande, je leur réglerai leur compte moi-même.” Et je lui ai répondu “Si on capitule maintenant, plus personne ne pourra jamais le faire.” JOUR FÉVRIER Le Maïdan a commencé en novembre. Ce mouvement a pu survivre à des tas d’événements difficiles. Le moment est arrivé où les gens de Maïdan ont formulé leurs propres objectifs, un ensemble de revendications politiques. Primo, on a exigé la libération des prisonniers politiques. Deuzio, l’égalité de pouvoir entre le Parlement et le président pour établir un équilibre entre les branches de l’État. Tertio, des élections présidentielles anticipées. Ceux qui sont pour, levez la main ! Ce n’est qu’à ces trois conditions que le Maïdan pouvait se terminer pacifiquement. Nos revendications de ce mois de février étaient censées être débattues et approuvées par le Parlement. Le février, une foule s’est rassemblée pour rallier le Parlement. Des gens sans armes ni rien. Beaucoup de compatriotes ont répondu présents pour un rassemblement pacifique au Parlement. Nous espérons que nos représentants nous entendront ! On pensait qu’une manifestation et un rassemblement pacifiques au Parlement, avec le soutien d’un grand nombre de gens, marqueraient un tournant, et qu’on serait enfin entendus. PLACE DE L’INDÉPENDANCE Nous avons été accueillis par la police, la Berkut et les Titushki. Rappelez-vous quand vous étiez enfants, on vous a appris l’amour de l’Ukraine. Rappelez-vous ce que vous ont dit vos premiers enseignants. J’ignorais comment tout ça finirait. Ils ont commencé à nous tuer. Les Titushki qui se trouvaient au Parc Mariyinsky ce février étaient différents d’avant. Ils étaient bien formés et organisés. Tout avait été bien planifié. Les Titushki pouvaient faire des choses interdites à la police. Allez, finis-le ! Ils se comportaient comme des animaux. Quand on a vu des nuages noirs de fumée au-dessus de la rue Hrushevskogo et réalisé que des pneus brûlaient rue Instytutska, on s’y est rendus. Au croisement des rues Instytutska et Shelkovichna, la Berkut tirait sur les gens, depuis les toits. Ils ont juré de servir



Remonter