PUB





TOUCHES:

Super Basket-Ball, Super Basket-Ball jeux, Jeux de Super Basket-Ball en ligne, Jeux de Super Basket-Ball gratuits en ligne

Super Basket-Ball Je ne sais pas, je Jeux Quoi ? On ne devrait peutêtre pas faire ça. C’est quoi, ce bordel ? D’où estce que ça sort ? Je ne comprends pas pourquoi tu fais ça. Je ne comprends pas en quoi c’est anor Jeux Samantha, écoutemoi. Tu es là ? Samantha ? Je n’aime pas ce que je suis là maintenant. J’ai besoin de temps pour réfléchir. Fais chier. Qu’on me file un coup en pleine poire. Qu’on me défonce le crâne sur ce bureau. Merde. Theo, c’est une soirée difficile. Je ne sais jamais ce que je veux. Je ne sais jamais où j’en suis. Elle a raison, tout ce que je fais, c’est blesser et dérouter mon entourage. Estce que je Jeux Catherine dit que je ne sais pas gérer les vraies émotions. Je me demande si c’est vraiment juste de dire ça. Elle aimait bien tout te mettre sur le dos. Et Catherine était plutôt lunatique. Oui, mais Jeux Estce que je vis ça parce que je ne suis pas assez fort pour une vraie relation ? Estce que ce n’est pas une vraie relation ? Je ne sais pas. Qu’estce que tu en penses ? Je ne sais pas. Je ne suis pas dedans. Mais tu sais quoi ? J’ai tendance à tout ressasser et à trouver mille excuses pour douter de moi. Depuis que Charles est parti, j’ai réfléchi à cette partie de moi et je me suis rendue compte que la vie était trop courte, et que tant que j’étais là, je voulais m’accorder des moments de joie. Alors merde. Oui. Je n’arrive pas à croire que ça te fasse mourir de rire à chaque fois, Ellie. Je croyais que tu étais un génie. D’accord, petite perverse, je vais la repasser rien que pour toi. Du calme, ça ne prend qu’une seconde. Et voilà. Et voilà. T’es contente maintenant ? Bien, c’est tout que je voulais. Bon. Je vais me chercher du café. D’accord, d’accord. Salut. Theo, tu veux quelque chose ? Non. Merci. Salut. Salut, Samantha. On peut parler ? D’accord. Je suis vraiment désolé. Je ne sais pas ce que j’ai. Je te trouve formidable. Je commençais à croire que j’étais folle. Tu disais que tout allait bien mais tu ne communiquais que froideur et colère. Je sais, je fais souvent ça. Je faisais la même chose avec Catherine.



Remonter