PUB





TOUCHES:

Jeux de Super À bord d’un bus en ligne, Le meilleur et le beau jeu gratuits en ligne

Et ça l’empêchait de passer. Du coup, il a sorti son bistouri et floc, il a tranché le bout de langue. Ben dis donc. Ça va pas te couper l’appétit, j’espère ? Pas pour une bonne omelette au lard et un bon coup de vin blanc ! Tu te souviens de la forêt de Soignes ? Un jour, il pleuvait fort, et tu me protégeais avec ton parapluie. Oh oui ! J’avais ouvert ta boîte à couleurs. T’y arrivais pas. Tu disais que t’étais trop lent. Parce que je me disais toujours que le soleil peignait plus vite que moi ! Et puis t’es repartie à Paris, et un jour où je pensais à toi, je me suis mis à fredonner cette chanson qu’on chantait ensemble. Tu te souviens ? Elle avait une jambe de bois Et pour que ça ne se voie pas Elle faisait mettre en dessous des rondelles de caoutchouc Elle avait une jambe de bois Mais comme elle portait des bas Ceux qui ne l’avaient pas t*âtée Ne s’en seraientjamais doutés Bois, bois, elle avait une jambe de bois On a vécu nos plus belles années à Bruxelles, Rose. Et les linges humides… sur tes maquettes, tu t’en souviens ? J’avais bien appris, hein ? Tu sais, je me disais… si j’avais continué à peindre, ma peinture, ça aurait ressemblé au mieux à un petit Corot, non ? A ton avis ? Pourquoi tu me demandes ? Tu te moques encore ? Non. Tu sais, Rose, je suis pas beaucoup mieux que toi. Je suis juste un ouvrier qui a appris à lire. Tu vois, Dante… c’est comme un sculpteur, mais lui, il sculpte avec des mots. Tu comprends ? Tu comprends pas. “Cher monsieur Rodin, le sentiment qui se dégage est celui d’un désespoir sans borne. Quand on est martyr et bourgeois, on ne marche pas à la mort comme des criminels !” Ils ont pourtant fière allure. Ça n’a pas empêché les Calaisiens de me reprocher le contraire. Que ce soit la Chambre de commerce, les fabricants de dentelles, les armateurs… Et j’oublie la chorale municipale ! Tous me l’ont reproché. Sans exception. “Ce n’est pas ainsi que nous imaginions nos glorieux citoyens se rendant au camp du roi d’Angleterre ! Leur allure affaissée heurte notre religion.”



Remonter