PUB





TOUCHES:

Subway Surfers Surgeon, Subway Surfers Surgeon jeux, Jeux de Subway Surfers Surgeon en ligne, Jeux de Subway Surfers Surgeon gratuits en ligne

Vous avez été à la bonne école, avec votre père ? Venez. Ne me touchez plus jamais. Merde ! Fait chier ! Qu’est-ce qu’il fait là ? C’est quoi, ta spécialité ? Pardon ? Quelle nage ? La nage papillon, m dos. Je fais aussi des championnats. Tu t’entraînes beaucoup ? fois par semaine. C’est pas trop dur, de rentrer tout seul le soir ? J’ai l’habitude. Je prends le bus depuis que j’ai ans. Papa ! Papa ! Papa ! Qu’est-ce qu’il y a, bonhomme ? Qu’est-ce qu’il y a ? Je suis là, je suis là. N’aie pas peur. Émile, c’est moi. T’es réveillé ? Maintenant, oui. Villers ne pouvait pas croire qu’elle avait embouti la voiture. Elle ne conduisait pas la nuit. Elle était éblouie par les phares, évaluait mal les distances. C’est son fils qui me l’a dit. Elle allait jamais le chercher à l’entraînement, le soir. La suite peut attendre ? Écoute-moi, c’est important. Elle allait pas chercher Thomas. Il l’a empêchée de partir. Il l’a tuée. T’entends ça ? Il l’a tuée. Pierre ? Oh, ! Tu m’as fait peur. Tu m’as fait peur, aussi. Il est venu, c’est ça ? Quoi ? Qui ? J’ai glissé, en bas. J’ai pété la vitre. Tu peux m’aider à finir? J’arrive pas à la fixer. Bonjour. Bonjour. Judith ! Quoi ? L’ancienne associée de Villers est là. Elle a déposé une main courante contre lui, quand il a menacé de la descendre avec son fusil. Alors ? Toujours rien. On a quelque chose ! Il y a un DVD dans le lecteur. Photo et tu l’embarques. Va chercher Villers. Très bien. C’était caché là. Beau travail. Lily ! Prends des photos. Je ne m’en souviens pas. Vous ne vous souvenez pas de l’avoir caché là ? Je ne comprends pas ce qu’il fout là. Il devrait être en bas avec votre collection. Je vous dis que je ne m’en souviens pas. Mais vous en avez eu un. Vous vous en êtes servi pour menacer le Dr Catherine Rouvier. Regardez-le bien. C’est pas celui-là ? Je sais pas, peut-être. Je pensais que Manon s’en était débarrassée. Vous êtes sûr? Un café ? Non, merci. Ce fusil dans votre grenier, c’est bien celui dont votre père s’est servi pour vous menacer ? Il a toujours été comme ça. Mélodramatique. Vous croyez qu’il m’aurait tué ? Vous, vous l’avez cru. Il est amer. Il aurait voulu que je devienne tout ce qu’il n’a pas pu être, un grand professeur ou un chirurgien célèbre. S’occuper des cadavres, c’est moins classe. Après l’épisode du fusil, Manon s’est éloignée de vous. Ça a dû être difficile. Elle a eu un accident? Manon avait peur des chevaux. Pourquoi elle montait? Pour être avec moi le plus souvent possible. On était un couple uni. Vous êtes un excellent cavalier. Vous n’avez pas empêché votre cheval de ruer. C’est un réflexe des chevaux, et puis je filmais. J’étais distrait, on s’engueulait. Vous vous êtes senti coupable ? Non. Ça vous arrangeait, de la mettre dans cet état. Là, au moins, vous formiez un couple vraiment uni. Que se passe-t-il ? On n’a rien contre lui. Il a essayé de la tuer une re fois, ça a raté. Il a réussi ans plus tard. D’abord un accident, puis un suicide. Il est malin. Je veux des preuves ou des aveux. On a quand même retrouvé un fusil caché chez lui.



Remonter