PUB





TOUCHES:

Stan James D’origine Coup Franc Défi, Stan James D’origine Coup Franc Défi jeux, Jeux de Stan James D’origine Coup Franc Défi en ligne, Jeux de Stan James D’origine Coup Franc Défi gratuits en ligne

Stan James D’origine Coup Franc Défi Tu as voulu te tuer ? Pourquoi ? Soit t’aimes, soit t’en crèves. Ah oui. Je comprends. Il faut vraiment s’aimer, pour s’écrire ça dans la peau. C’est du sérieux, avec son mec ? C’est un loser. Il dort jamais ici ? Pas encore. Tu as vu ? Normal. Tu as défendu ta peau. Non. C’est pour toi. Ils étaient . Ils se moquaient de toi. Je les ai tous explosés. Ça a des allures de prison, ici. Papa jeux Tout le monde m’appelle Joe. Ciao ! À demain. Hé ! Tiens ça. Et ça. Ça y est. Quoi ? Je l’ai reçu de la direction. C’est une blague ? Non. Tu aurais pu me consulter. Je m’en fous, d’être chef de rayon pour te servir de mouchard. Je comprends pas. T’es augmentée et tu fais la gueule. De quel droit tu gères ma vie ? Bonne soirée, les amoureux ! C’est moi qui décide. Je veux pas crever en cage. Rester caissière, c’est ça, ton ambition ? Je sais pas à quoi tu rêves. Moi, je rêve de vivre avec toi, d’avoir une vraie vie, parce que je t’aime. Arrête de me mettre la pression. Tiens. C’est tout propre. J’ai tout repassé. Pose ça sur le lit. Il y avait ça aussi. Tu ferais mieux de t’en débarrasser. C’est celui que tu avais en jouant à la roulette russe ? Pour qui tu me prends ? Je joue pas avec le hasard. Mais quand même, tu les as braqués, les riches, après. Il faut être idiot, pour voler les pauvres. Je t’ai acheté des pulls, des habits chauds pour l’hiver, des trucs à manger. Sinon, ça va ? Je me fais chier, mais ça va. Tu as cherché du boulot ? On ne veut pas de quelqu’un qui a passé tout ce temps en tôle. Tu m’offres une bière ? T’es là, à Noël ? Évidemment que je suis là. On peut passer le réveillon ensemble. C’est tellement sinistre, en prison. Écoute, Joe. J’avais pensé à autre chose. Tu pourrais prendre Achille, pour les fêtes. Elle fait lit, cette banquette ? Pas très large. Mais c’est assez, pour moi. J’ai qu’un seul duvet. J’apporte le mien. C’est l’occasion de faire tes preuves. Pour une fois que j’avais de l’espace. Ne rate pas ta chance, sinon le deal est rompu. Attends. J’ai pas dit non. Ce sera mieux avec moi qu’avec le loser. Hein ? Allez. On y va. Un jour, tu la porteras. Tu lui as donné les papiers du divorce à signer ? Non. J’ai pas osé. Tu exagères. C’est pas un monstre. Disle, si tu n’as pas envie que je m’installe ici. Il doit pouvoir faire ses preuves, avec Achille. Tu crois qu’il va se transformer en père modèle tout à coup ? Son fils le connaît mieux que lui. Tu veux que je te dise la vérité ? Tu l’aimes encore, ce salopard. Je suis paumée, avec Achille, moi. Il aime son père. J’y peux rien. Je m’en fous. C’est toi que je veux. Et il a sa chambre, maintenant. On va se coucher ? Oui, elle l’aime encore. Et c’est pas un salaud, connard ! Bouge pas. J’y vais. Achille, ça suffit. Viens ici tout de suite ! Je dormirai jamais dans la même maison que toi ! Gros Fred, viens. Tu ne vas pas t’y mettre toi aussi. Allez, à la maison. Oh, les gars ! Il y a un pédophile dans la cour ! J’attends la sortie de mon petit. Il est en quelle classe ? Quelle année ? Je sais pas. Ne me faites pas chier. J’ai rien fait de mal. Laissezle ! C’est mon père !



Remonter