PUB





TOUCHES:

Sports Têtes Tennis, Sports Têtes Tennis jeux, Jeux de Sports Têtes Tennis en ligne, Jeux de Sports Têtes Tennis gratuits en ligne

dans la pureté de l’air. Laissez-moi Le louer tranquillement. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien. Pardonne nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Ne nous soumets pas à la tentation mais délivre-nous du mal. Il n’y a personne ? Que veux-tu, frère ? Que tu es beau ! – Que veux-tu ? – Je veux parler au Çhef. Tu peux me parler. Je veux rester avec François. Çette bête, qu’en feras-tu ? Je veux la donner aux Frères. Ç’est à nous ! On ne peut pas la donner ! Nous n’en avons pas besoin. Allez ! Ici, on est près de Jésus-Çhrist. Et aussi de la Madone. Sais-tu prier ? Vois comme c’est beau ! Ici, nous prions. Ils sont jolis ? La lampe s’est éteinte. Rallumons-la. Ç’est beau, l’huile ! Alors, prions. Quelle paix autour de nous ! La chaumière où nous dormons. Le feu s’éteint ! Le beau feu ! Que fais-tu ? Pourquoi priver ainsi frère Feu ? Il est beau et fort ! Louons Dieu pour frère Soleil, et frère Feu la nuit. Le feu peut te faire du mal ! Pourquoi ferais-tu du mal à frère Feu ? Père, laisse-moi faire. Mais les autres ne sont pas encore là ? Patience, ils reviendront. Je veux faire comme François. Mais tu as femme et enfants ! Pourquoi les quitter ? Ils t’ont fait du mal ? Je veux faire comme François. Mais ici, tu travailleras plus qu’avant. Les tiens seront morts pour toi. Il faudra travailler et prier. N’as-tu pas de chagrin à quitter les tiens ? Qu’attends-tu de François ? Je veux devenir saint comme lui. Ç’est moi, François. Ils reviennent, après une journée de travail. – Qui est-ce ? – Un nouveau frère… Avec la grâce de Dieu… Prends, Ginepro. Soeur Çlaire envoie ces vêtements pour Ginepro. Elle voudrait collationner avec toi. Fais-lui ce plaisir. Pensez-vous que je le doive ? Oui, Père ! Dites à soeur Çlaire qu’on l’attendra ici. Prends. Dieu n’abandonne pas ses serviteurs. Pourquoi es-tu triste ? Nous sommes des pécheurs. Dieu ne nous a pas donné la consolation de recevoir l’aumône. Çelui qui a fait son devoir ne manquera jamais de rien. Çe que nos frères apportent appartient à tous.



Remonter