PUB





TOUCHES:

Sports Tête Football Championnat, Sports Tête Football Championnat jeux, Jeux de Sports Tête Football Championnat en ligne, Jeux de Sports Tête Football Championnat gratuits en ligne

Sports Tête Football Championnat Notre ordre a pour desseins l’amour, l’unité et la protection de nos intérêts basée sur les lois d’équité. Lorsque vous aurez satisfait à nos rites mystiques, tous nos secrets vous seront révélés. Edward Legg, jurestu fidélité à cette alliance ? Je le jure. Si jamais tu en venais à nous trahir, n’oublie pas que tu vas mourir. N’oublie pas. J’aime à me considérer comme l’ami de tous les hommes. Je suis flatté que vous me demandiez d’intervenir, mais Ne trouvezvous pas que vous exagérez légèrement les choses ? Les temps sont durs, M. le pasteur. M. Frampton n’a pas fait preuve d’avarice. Comme vous le voyez. M. Frampton vous prie de vous mettre à l’aise. Bonjour, messieurs. George, quelle joie de vous voir. Nous ne vous avons pas fait attendre ? Nous n’avions aucune idée de l’heure, veuillez m’excuser. Messieurs, je vous en prie Asseyezvous. Asseyezvous. Eh bien, messieurs, quel plaisir de vous voir ici réunis. Je me qualifierais, en toute modestie, d’homme juste. M. Frampton, mes amis m’ont prié de parler en leur nom. Oui, oui. Je ne vois aucune raison de vous retenir plus longtemps. Le pasteur m’a parlé de votre cas et je ne peux qu’admirer sa capacité à voir les deux côtés de la médaille. Nous pensons que Mais bien entendu. Vos intérêts nous tiennent à cœur. C’est que Nos gages diminuent semaine après semaine. Tout à fait, c’est incontestable. Néanmoins, en dépit des circonstances, je garde le fervent espoir qu’un shilling de plus sera alloué. Nous serons donc payés huit shillings ? Huit ! Avezvous d’autres questions, messieurs ? Poussetoi, Nelly. M. Frampton m’a dit de vous donner ceci. Merci beaucoup, mademoiselle. C’est très gentil à vous. Merci beaucoup, mademoiselle. Merci. Il n’y a pas de quoi, M. Legg. Hammett. Legg. Regarde. Loveless. Voyons, George. Il faut manger pour survivre. Chantenous quelque chose, Elvi. Je vais chanter. Viens Briney, chantons pour eux. Quand j’étais un p’tit garçon Sans un poil au menton Je chassais le corbeau En toute saison Oh oui, je me souviens bien Comme si c’était hier De ma petite maison Et de son toit de chaume Au bord de la mer Croa croa, ô toi vilain corbeau Envoletoi vite pour Sutton Ou je te ferai la peau Comme à un vulgaire mouton Adieu, froid hiver Et adieu, dur frimas Je n’ai rien gagné Mais mon amour, lui, n’est plus là Je chanterai et rirai Même si mon cœur est transi Puis lasse, je me reposerai Adieu, adieu à lui À une dose de raison Ajoutez une once de bon sens Une fine branche de temps Et un bouquet de prudence Puis mélangez Et bien vite, vous verrez Que jamais je ne lui céderai Adieu, adieu à lui Pauvre Legg. Qui voyonsnous là dans notre théâtre d’ombres ? Trois petits soldats Debout en position Trois petits soldats Se battant au front Les chevaux galopent Et les sabres s’entrechoquent Ils eurent bien préféré Reposer sur la couette Car bang, au coup du canon On leur coupa la tête ! Je suis un autre homme, George. Tu m’as réformé. Tu m’as ôté les toiles d’araignée du cerveau. Je n’oublierai jamais Tolpuddle. Alors va. Forme un syndicat de lanternistes. Regarde. Regarde les cieux !



Remonter