TOUCHES:

Royal Infraction Temps, Royal Infraction Temps jeux, Jeux de Royal Infraction Temps en ligne, Jeux de Royal Infraction Temps gratuits en ligne

Même quand il a fait plus chaud, les barricades ont tenu, devenant, pour nous, de solides fondations. On a trouvé des matériaux de soudage, des tiges, et on a soudé des herses. On a réalisé des constructions plus massives et plus durables. En voyant ces barricades, les gens les ont comparées aux barricades historiques du e siècle. Pourquoi ne pas utiliser les lois, les règles et la hiérarchie de nos ancêtres ? C’est ce qui a entraîné la création des unités d’autodéfense de Maïdan. Certaines ont été baptisées du nom des villes natales de leurs participants. FORMATION D’UNE UNITÉ FÉMININE D’INTERVENTION RAPIDE Les gens sont venus à Maïdan pour gagner. C’était une armée populaire Radio MILITAIRE À LA RETRAITE Radioque je suis, bien sûr, venu former. Je leur ai appris comment résister aux attaques de ces monstres en uniformes. Nous avons appris à nous comporter correctement, à assurer notre défense ainsi que celle de nos amis, à contrôler nos émotions pour ne pas provoquer les autres, et à agir légalement en cas de situations tendues. MILITAIRE À LA RETRAITE On patrouillait dans le périmètre de Maïdan, on protégeait et défendait les gens. On faisait de notre mieux pour maintenir l’ordre. Pas même une bouteille de bière ne traînait à Maïdan. C’est un fait. MILITANT AUTOMAÏDAN Les militants du Maïdan étaient ici. Les militants d’AutoMaïdan étaient les propriétaires des voitures. Ils formaient comme un cercle extérieur, la cavalerie de Maïdan. Ça a été mon école. MANIFESTANT DE MAÏDAN, ANS Je n’avais jamais été à l’école. Mais je reste ici à Maïdan. J’étais bénévole à la tente des technologies. Je rechargeais les téléphones, j’aidais les gens à utiliser Internet pour communiquer avec leurs familles. Le Président Ianoukovitch a conclu un accord avec la Russie, ce qui a éloigné le pays encore davantage de l’UE. Je suis contre Ianoukovitch. Ce n’est pas un bon président pour nous. Sa Berkut a frappé une femme devant mes yeux. Ils ont frappé les garçons, les filles. Ils m’ont même frappé, moi. En venant ici, j’ai trouvé un tas d’amis. Ils sont tous comme mes frères. Sur ma page Facebook, j’ai commencé à écrire des histoires sur les gens venus à Maïdan. J’aimerais écrire sur toi. PROTESTATAIRE Vraiment ? Où m’as-tu vu ? Je te vois ici chaque jour. J’ai parlé avec Serhiy Nigoyan. JOURNALISTE J’écrivais une histoire sur lui, son parcours. Cette fille a dessiné mon portrait ? Je suis censé vivre dans ce pays. Mon avenir est ici. Nous tous, nous ne faisons qu’un. Tous frères, tous voisins. À Maïdan, on n’avait pas de nationalités, de groupes linguistiques. UNITÉ D’AUTODÉFENSE JUIVE Il y avait juste des gens qui refusaient de vivre sous ce régime. Dès le début, les représentants de toutes les religions étaient à Maïdan, en “hommes de prière”. On a essayé d’aider les gens, non seulement en priant, mais en communiquant aussi avec eux. On voulait qu’ils agissent avec leur cœur et qu’ils gardent la foi. SON ÉMINENCE, AGAPIT ÉVÊQUE DE VYSHGOROD VICAIRE DU MONASTÈRE On a soutenu les gens dans leurs aspirations, concernant non seulement leur avenir



Remonter