PUB





TOUCHES:

Ronaldo le pleurs Super jeu, Ronaldo le pleurs Super jeu jeux, Jeux de Ronaldo le pleurs Super jeu en ligne, Jeux de Ronaldo le pleurs Super jeu gratuits en ligne

lesjupes des femmes ! Conduis-toi en homme ! Me voilà, papa. Sors ton arme et défends-toi. Défends-toi, misérable ! Ah, tu t’es cru plus fort que ton père ? Réponds ! Dégénéré ! Chien ! Infâme ! Chien puant ! Arrêtez, papa. Fils indigne ! Cruz, arête ! Regarde ce que tu as fait ! C’est ton fils ! Mon petit garçon adoré ! Tu n’as pas tué ton fils, mais il s’en est fallu de peu ! File, rentre chez toi ! Essaye de réparer Jeux le mal que tu as fait ! Vas-y compadre, laisse-toi aller. Cette fois, il n’y a plus rien à faire, Laureano. Qu’est-ce qui m’a pris ? Elle t’a ensorcelé, compadrito Jeux Non, je suis né comme ça. Pourquoi Dieu crée-t-il des hommes comme moi ? A quoi pouvons-nous bien servir ? Pose la question à Bibianita Jeux pose la question à ton fils. C’est un sacré bonhomme, mon fils ! Il vaut bien plus que son père ! C’est Cruz Treviño Martínez de la Garza qui te le dit ! Ah ce gosse ! Il sacrifie son amour Jeux et je lui en ai tant fait voir ! Tant fait voir ! Et il fait tout ça pour sa mère ! Tout ça pour sa mère ! Et elle le mérite bien, Laureano. Elle mérite tout. Et moi Jeux Pourquoi je ne lui ai pas tout donné ? Qui suis-je compadre ? De quoi suis-je fait Jeux pour en arriver parfois à oublier que la terre est ronde ? Mon Dieu Jeux Tu sais, Laureano Jeux Il m’arrive de me demander si Jeux je ne suis pas le diable en personne. Mon Dieu. Oui. Mais à présent, je ne me le demande plus Jeux parce que je crois que oui. Je suis le diable lui-même. Je suis le diable en personne. Tu délires, compadre. Ne t’inquiète pas, compadre. Je suis bien le diable, oui mais un pauvre diable ! Ette fois, j’ai vraiment perdu ma femme et mon fils Je ne les reverrai plus. Et puis, tu sais, Laureano Jeux je vais emmener Justina. On est faits du même bois elle et moi Jeux et elle me donnera ce que je mérite. Avec elle, je vais payer pour le mal que j’ai fait. Arrête tes histoires, compadre. Quelle imagination ! On t’attend chez toi. Non, ça n’a pas sens, compadre. Je me connais, ça peut me reprendre n’importe quand. C’est justement



Remonter