PUB





TOUCHES:
F

Raze 2, Raze 2 Jeu, Raze 2 Jeux

  Non. C’est pas possible, Claire. Je suis d’accord c’est pas possible, mais elle est là. – Il doit y avoir une explication. Laquelle, que je suis folle ? Ça veut dire que toi aussi t’es fou. Parce que tu l’as vue, non ? Regarde. Regarde-la. Y’a un problème ? Mais qu’est-ce que vous foutez ? Papa, tu fumes ? Et maman t’a dit ce qu’il m’est arrivé ? C’est un peu flippant, non ? On dirait… je sais pas, une espèce de coma, ou alors un truc neurologique. Moi je pense qu’il faut en parler à un médecin, non ? Et maintenant tu vas bien ? Bah oui. Mais euh, par contre vous, vous êtes un peu bizarres. Et euh, Léna elle est où ? Je t’ai dit, elle est chez une copine. Quelle copine ? Je sais plus. T’appelles qui là ? – Frédéric. J’ai perdu mon portable en plus. Il est tard, non ? Tu vas le réveiller. Léna, c’est ta mère. J’prends ou pas ? Bah non, tu prends pas, elle fait chier. Bon, Léna, c’est à toi. Bon, je suis crevée. Bonne nuit. Mais non ! T’abandonnes ? Plutôt crever. Lucy, d’autres shooters stp. Je vais pisser. Eh, ça va ? Ouais. Pas le droit de vomir. Tu me prends pour une débutante ? Eh voilà. C’est fini. Vous avez l’air très nerveux, vous êtes sûr que ça va aller ? Oui. Vous êtes pas tout seul ? – Si, si. Ah bon ? Mais c’était quoi ce bruit alors ? Non, non. Je vous assure, y’a personne. D’accord. Je veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais, vous savez que si vous avez un problème vous pouvez me parler ? D’accord. Vous êtes sûr que ça va aller ? – Oui oui, merci Julie. À la semaine prochaine. Au revoir, Mr. Costa. – Au revoir. J’avais trop faim. Excuse-moi, elle est pas là Adèle ? – Adèle ? Je connais pas. – Elle est serveuse ici. Ça m’étonnerait, s’il y’avait une serveuse qui s’appelait Adèle qui travaillait ici, je la connaîtrai. Moi j’en connais une d’Adèle. ‘Doit pas y’en avoir  , non ? Une grande brune, jolie, les yeux verts, qui bosse à la médiathèque ? Ouais, mais elle travaille pas à la médiathèque. Adèle Vertère. Je sais pas son nom, mais celle que je connais, je sais où elle habite, c’est pas loin d’ici. Si tu m’offres un verre je t’emmène la voir. Tu crois pas que t’as trop bu ? Non, je crois pas. Allez, viens. (au barman) Excuse-moi ? (à Léna) Qu’est-ce que tu bois ? Un demi. Deux demis. Qu’est-ce qu’il fout là, lui ? Camille est revenue. Tu me l’avais dit. Tu m’avais dit que si je priais elle m’écouterait. Tu veux la voir ? Elle est dans sa chambre. Oui. Elle est tellement belle. Je suis tellement heureuse. Viens. Je peux entrer ? Pourquoi t’as rangé, je retrouve plus rien maintenant ! Je te présente le Docteur Tissier. Bonsoir Camille. Pourquoi c’est pas le Docteur Delouvrier qui est venu ? Il est en vacances, c’est moi qui le remplace. Camille… Ta mère m’a un peu raconté ce qui t’est arrivé mais j’aimerai bien que tu me le racontes toi. Avec tes mots. Ça t’ennuie pas ? Non mais y’a rien à raconter. J’étais dans le car, et je me suis réveillée au milieu de nulle-part. Entre les deux je me rappelle de rien. Vous pensez que ça peut être une tumeur au cerveau ? Non je crois pas, non. Comment tu peux avoir des idées pareilles ? Bon bah vous m’examinez pas ? Ouais, bien sûr. Vous êtes pas Docteur. Vous avez pas de truc pour prendre la tension, pas de manette, rien. Vous êtes un psy, c’est ça ? Non je ne suis pas un psy. Tu penses que t’as besoin d’un psy ? Non, j’suis pas folle. Mais c’est quoi pour toi être folle ? Tu veux que je te dise, Camille ? Être fou, c’est nier le réel. Quelques fois c’est la solution de facilité, quelques fois le réel est tellement difficile à admettre. On aime mieux devenir fou, ou se dire qu’on l’est. C’est une stratégie. Je pense pas que tu fasses partie de ces gens-là. J’suis fatiguée. Faut que tu te reposes. J’arrive pas à dormir. Je vais te donner quelque chose qui va te faire dormir. Qu’est-ce qu’il fait là, lui ? T’es perdu ? Tu sais pas rentrer chez toi ? Tu t’appelles comment ? Tout va bien ? Le pauvre petit garçon. Bonjour. Il habite chez vous ? Il a l’air un peu sauvage. Il s’appelle comment ? Victor. Y’a un jeune-homme qui est venu sonner chez vous tout à l’heure. Très beau d’ailleurs.



Remonter