PUB





TOUCHES:

Rapide Inondation Rush, Rapide Inondation Rush jeux, Jeux de Rapide Inondation Rush en ligne, Jeux de Rapide Inondation Rush gratuits en ligne

Dites voir. Pour pesos, je te trouve ça. Tu reviens dans heures. Vous l’avez pas chez vous? Non, pas celle-là. Je sais pas. Je peux vous accompagner? T’es fou. Tu dois bien savoir comment ça marche. Si je vous donne l’argent, que vous y allez jeux Tu peux chercher ailleurs si ça te va pas, mais ça se trouve pas comme ça. Ils vont jamais me le donner avant d’avoir la tune. Je vous la laisse alors? Super. Dans heures, petit. À plus tard. Change-toi, on va en course. Raúl, quelle surprise! Maman. Ça va? J’avais envie de te voir. Ça fait si longtemps. Je t’aime. Un ami. Bonjour, ça va? Quel beau garçon. Un grand ami. Une jeunette, hein? J’essaierais presque de vous caser. Assieds-toi. On a tardé, mais j’avais pas prévu de passer. Non? On venait pour un travail. Ça fait si longtemps. Combien? Dix mois? T’as préparé à manger? Pas encore. Tu vas me faire plaisir alors. Oui, ce que tu veux. Son rôti est un délice. On a amené des bricoles, mais on a pas trouvé de boucherie. Y’en a une à deux rues d’ici. Don Luis est toujours là? Oui. Formidable. Et ta femme? Ils sont partis à Misiones. Chez une cousine, pour quelques jours. Je devais y aller mais jeux Tu fais quoi? Je vends des produits importés. Tu achètes en gros pour revendre? Après tu te fais un portefeuille de clients. Comme toujours. Mais avec d’autres articles. Parce que quand la mode est lancée jeux Il t’aide? Pour tout ce qui est informatique, c’est son truc. L’informatique? T’es obligé maintenant. Il faut avoir Internet. Et je suis une bille. Moi, ça me fait fuir. Elle est pas belle? Elle est géniale. Et son rôti jeux Je vais acheter la viande. Tiens. Ça me fait plaisir. Reviens avec ta famille. On veut pas passer en coup de vent, mais rester une semaine ou deux. La petite te réclame. Elle a dû grandir. T’imagines pas. Il est long, ton ami. Tu crois qu’il a trouvé? Oui, il doit y avoir du monde. Pourquoi tu reviens par là? T’es fou de venir ici. Comment t’es rentré? Par la porte. Va-t’en. Je veux te parler. Non, Raúl va pas tarder. Tu fais quoi? Roberto. Arrête. Écoute-moi. Je suis amoureux de toi. Je suis accro. Tu peux pas faire ça. Venir me dire ça chez moi, c’est pas ça être amoureux. Je te demande de partir. S’il te plaît, ça risque de chauffer. Je crois que tu m’as menti. S’il te plaît. C’est que des mensonges. Tu peux partir? T’as inventé Raúl, tout le reste. Dis-moi que je te plais pas et je lâche l’affaire. Tu vas trop loin. Va-t’en ou ça va péter. Je pars pas sans toi. Tu me désires. Je veux pas que Raúl le sache. Il n’existe pas. T’as tout inventé. Tu peux sortir de chez moi, bordel? C’est ta maison maintenant? Oui, c’est ma maison. Tu peux même y rester. T’es qu’un pauvre Espagnol sans cervelle qui sait juste me faire chier et me pourrir la vie. Vire ton cul! Qui c’est? Tu me réponds? Demande-lui. T’es qui? César. Raúl. Qui t’es, toi? Un ami. C’est pas si dur de répondre, tu vois. Mets-toi à l’aise. J’allais partir, je passais juste dire bonjour. Et je tenais à te rencontrer. T’es d’où? D’Espagne, mais je vis à Buenos Aires. Et tu repars déjà? Reste manger avec nous.



Remonter