PUB





TOUCHES:

Petits Gâteaux De Noël Temps, Petits Gâteaux De Noël Temps jeux, Jeux de Petits Gâteaux De Noël Temps en ligne, Jeux de Petits Gâteaux De Noël Temps gratuits en ligne

Stop ! Papa ! Pourquoi tu t’énerves ? Papa, qu’est-ce qui te prend ? Fous-moi le camp, canaille ! C’est pas moi. C’est eux ! Je te faisais confiance ! C’est eux ! « Eux, eux ! » Jeux ben voyons ! C’est pas moi, promis ! On s’amusait juste à jeter des pétards chinois. Idiot ! Et ta mère qui se fait un sang d’encre à cause de toi ! Je vais te tuer, parasite ! C’est juste des pétards ! Et c’est mon fils ! Calme-toi. Mon fils ! Papa ? Ça va pas ? Où sont tes cachets ? C’est ça, hein ? C’est ceux-là ? Dégage ! A quoi bon trimballer l’instrument de ton arrière-grand-père ? Traître ! Il est à moi, compris ?! C’est mon ghaychak, basta ! Fiche le camp ! Balthazar ! Balthazar ! Tamara ! Toi ? Je veux te parler. De l’autre soir ? Oublie ça ! C’est du passé. Pas du tout ! Ma Tamara Jeux C’était pour embêter Marat. Tais-toi ! Il n’y a que Marat sur terre ?! Il faut que je voie la voyante. Emmène-moi ! Hors de question ! Tu sais où elle habite. Balthazar, salaud ! Reviens, Balthazar ! « Parler d’amour, Jeux faire l’amour, Jeux Pour qui aime jamais de répit ! » Tu joues avec moi, hein ?! Regarde devant toi ! C’est où ? Salam. Où est Djouna ? Elle habite ici ? Je pense que c’est par-là. Tu as mal au bras ? Tu viens avec moi ? Non. Je t’attends dehors. Tu as peur ? Je n’ai peur de rien. Djouna ? Bonjour, Djouna. Bonjour, Tamara. Mardouni ? C’est moi. Je l’appelle. Toutes ces visites la fatiguent. Assieds-toi, je t’en prie. Merci. Vénérable Djouna, je suis venue vous demander si Marat m’aimera un jour. J’ai peur pour lui. Il sait où est partie la mer ? J’ignore s’il le sait. Mais je sais que je l’aime, depuis longtemps. Approche ! Ne crains rien ! Vis avec les vivants ! Kich ! Kich ! Kich ! Elle a dit quoi a propos de la mer ? Tu as écouté. C’est mon ami. Ton ami a une douleur constante depuis dix ans. Et tu ne l’aides pas. Démarre ta guimbarde ! Elle ne reviendra pas, cette foutue mer ! C’est pas ton problème. « Vis avec les vivants », elle parle de qui ? De ta femme ! Alors, ça démarre pas ? Pousse ! Allez, allez ! Ne bouge pas ! Attrapé ! En avant ! En avant, en avant ! Allez ! Allez ! En avant ! Où tu vas ?! Des robes pour votre femme ! Bonjour, Marat. Bonjour, Mardouni. Pour faire une voile, prends ça. C’est léger, mais solide. Tu sais tout, Mardouni. Toi qui vis avec une chamane, fais que le vent me soit favorable. Tout dans la vie n’est pas vain. Merci. Un litre me suffit. Merci. Espèce de traînée ! Tu étais où, avec mon mari ? Tu croyais que je ne saurais pas ! Fous le camp ! Tu crois que je vais te laisser me voler mon mari ? Si tu touches à mon Balthazar Jeux L’assassin est revenu ! Regardez-le ! Vous regardez quoi ?! Lâches ! Rentre chez toi. Occupe-toi de ton père. Je viens avec toi ! Rentre chez toi, Tamara. Marat ! Marat ! Ça va ? Tiens, bois ! Ça va. Va voir mon pote ! Comment ça va, frère ? Je rentrais chez moi Jeux Bois ! Je pensais que ça se passerait bien Jeux tu parles. Attention ! Appuie-toi sur moi. C’est toi qui tires ce bateau ? Oui. Pourquoi ? Mon bateau a sombré pendant la tempête. J’ai perdu mon équipage et ma femme.



Remonter