TOUCHES:

Peter Bell Sauve Meilleur Noël, Peter Bell Sauve Meilleur Noël jeux, Jeux de Peter Bell Sauve Meilleur Noël en ligne, Jeux de Peter Bell Sauve Meilleur Noël gratuits en ligne

Je peux m’asseoir ? Je dois te dire quelque chose. Je peux te parler en amie ? Bien sûr. Considère-moi comme ton meilleur ami. C’était avant que je te rencontre. Cette vie insipide avec un homme que tu n’aimais pas. Merci pour ta compréhension. Quand cela s’est-il terminé ? Juste après qu’on se soit rencontrés. Je lui ai écrit pour dire que c’était terminé. Quand l’as-tu vu pour la dernière fois ? Avant qu’on se rencontre. Je l’ai appelé pour lui dire que je sortais avec mon mari et il m’a implorée de passer chez lui. Et tu y es allée ? Que s’est-il passé ? Soulève ta jupe. Non. Soulève-la comme tu l’as fait pour lui ! Non ! Tu as été sa maîtresse. Non. Mais tu es allée chez lui ! Oui, mais je n’ai pas été sa maîtresse. Qui est-ce ? Quel est son nom ? Qu’est-ce que ça peut faire ? Est-il jeune ? Allez, Ariane ! Est-il jeune ? ans. Chauve ? Cheveux bruns peignés en arrière. Tu t’es trahie, tu sais ? Que veux-tu dire ? Tu as admis plusieurs fois être sa maîtresse, sans t’en rendre compte. J’ai jamais dit que j’étais sa maîtresse. Tu viens de le refaire ! Tu as dit “je n’ai jamais dit que j’étais sa maîtresse” au lieu de “je n’ai jamais été sa maîtresse”. Ce n’est pas vrai, nous étions simplement amis. Si ce n’était qu’une amitié innocente, pourquoi viens-tu me parler avec cette mine pénitente ? Allons, Ariane ! Ne me déçois pas ! Dis-moi la vérité ! Tu sais que tu étais sa maîtresse et je le sais aussi ! Oui. Oui, quoi ? Oui à ce que tu as dit. Sa maîtresse ? Mais juste une fois. Comment dirais-tu ça ? T’a-t-il fait jouir ? Non. T’a-t-il fait jouir ? Non. Pour la dernière fois, t’a-t-il fait jouir ? Combien de fois as-tu couché avec lui ? Une fois, je te l’ai dit. Une fois. Je vais chercher de l’alcool. Reste ici ! Au diable, l’alcool ! Pourquoi n’as-tu couché qu’une fois avec lui ? C’est ça que je trouve bizarre. Je lui ai dit qu’il valait mieux arrêter. Donc, tu le lui as dit encore gluante. Non, le lendemain. Tu es retournée le lendemain, tellement ça t’avait plu. Comment as-tu dit ça ? “Reste ! Reste en moi !” Tu étais même peut-être un peu amoureuse de lui mais tu as décidé que ça suffisait. C’est ça ? Que veux-tu que je dise ? Ce que j’attends que tu dises ! Alors dis-le ! Je ne peux pas le dire. Qu’ai-je fait ? Ça va aller. Ça va s’arranger. Ça ira mieux. Je vais vous faire une bonne camomille. Ma chérie, pourquoi avoir inventé cette histoire ridicule ? C’est pour toi, je crains. Ce n’est pas pour vous. Que fais-tu là ? Entre. J’ai froid. Oh, Ariane. Tout va bien, mon amour. Pardonne-moi. Si tu veux qu’on laisse ça derrière nous, tu dois tout me raconter. Mais alors ce sera pire. Au contraire. Je pourrai m’en délivrer. De toute façon, qu’importe ? Je réalise que ce n’était pas important. Je préfère que tu poses des questions. Est-il français ? Allemand. C’est bien ma chance. Son nom ? Dietsch. Tu l’as vu. Non, pas le chef d’orchestre ? C’est de l’histoire ancienne, je ne veux plus y penser. Tu vois ? Tout se passe bien quand tu me dis la vérité. Dis-moi, combien d’autres ? Mon Dieu, pour qui me prends-tu ? Pour une putain,



Remonter