PUB





TOUCHES:

Monstre Rapide trafic, Monstre Rapide trafic jeux, Jeux de Monstre Rapide trafic en ligne, Jeux de Monstre Rapide trafic gratuits en ligne

Arrêtez ! Les voilà . Vous ! Vous, monsieur. Vous n’êtes pas blessé ? Oh ! Oh ! Enri ! Décidément, nous sommes faits pour nous rencontrer. Je vous fais peur ? Ma sœur m’apprend ce que vous avez fait. Ce que j’ai de plus cher, vous I’avez sauvé. Votre sœur ? Je suis le marquis de Guérande, pour vous servir. Demandez-moi ce que vous voulez. Où allons-nous ? Chez mon frère à Grandchamp, son quartier général . Tout le pays est avec nous. De Cholet à Fougères. Dans mois, nous serons , nous prendrons Nantes. Dans mois, le drapeau blanc sur Notre-Dame et la République, morte. Vous avez échappé à ces monstres. Tenez ! Le voilà, mon sauveur. Votre geste héroïque. Votre audace. Permettez à un chevalier de Saint-Louis. Vous réchauffez mes derniers jours. Bonsoir. Ils savent qui tu es ? Pas encore. Ne dis rien, je t’en supplie. Depuis quand es-tu là ? mn . Non, en France ? jours. Pour quoi faire ? Pour te voir. Charlotte, voici I’homme qui a sauvé Pauline. Ah oui ? Votre nom ? Comment vous appelez-vous ? Je ne I’ai pas dit ? Non. Vous me I’avez pas demandé. Je vous le demande. Je vais vous le donner. Olà, monsieur ! Non, regardez. C’est quoi ? De I’eau-de-vie. Pas d’alcool . Vous êtes fou . De I’eau . Vous êtes médecin ? Non, mais je connais ça. Ecartez-vous, vous I’empêchez de respirer. Emmenons-la d’ici . Oui . Saint-Aubin, aidez-nous. Où ça ? Là-haut. Vous me marchez sur les pieds ! Soulevez Saint-Aubin . Il faut que le sang tombe. Glissez les oreillers sous les jambes. De la chaleur ! Il faut de la chaleur. Laissez-moi, je vais très bien . Laissez-nous, ça suffit. Je vais chercher de I’eau. Non, ça va comme ça. C’est pour rendre service. Enri ! N’y allez pas, elle repose. Elle ne fait que ça toute la journée. Elle se prélasse. Quel état ! Me touchez pas ! Pauline ! Ne m’appelez pas Pauline. Ma chère amie ! Non, ces vaches ! Cessez de me tourner autour. Je vous assure que… Sortez ! Pourquoi ? Parce qu’on vous le demande. Votre nom, monsieur ? Bastillac. Gascon ? Ça se voit pas ? Sans accent ? Oui, vous le regrettez ? Beaucoup. Allez-vous sortir à la fin ? Pauline ! Sortez ! Vous êtes brûlante. Je suis glacée. Je vais chercher le médecin. Non. La danse m’a fait tourner la tête. Je sais ce qui vous manque. Le cheval, les bois, la chasse. Vous croyez ? Vous êtes enfermée, perdant vos couleurs. Vous allez m’accompagner partout. Je vous apprendrai les armes. Je n’aime pas ça . Vous tirerez les oiseaux. Je suis sûr que vous savez vous battre. Oh non, enri ! Quoi ? Non, je vous en prie. Non ! Henri ! Elle cherche encore à se rendre intéressante. Je la déteste. Je la tuerais si je pouvais mais ça ferait de la peine à mon frère. La ! Qui est-ce ? Une fille du peuple. Elle veut se faire épouser. Elle n’est pas mariée ? Elle I’a été. Avec qui ? Un croquant. Il est mort chez les Indiens, mangé par les sauvages. J’oubliais. J’ai autre chose pour vous. Le prince ! Ah mon Dieu ! Monseig neur ! Vous arrivez plus tôt que prévu. Est-ce un reproche ? Non, mais rien n’est prêt. Quelle importance ! Je serai logé à la dure.



Remonter