TOUCHES:

Livraison marché Temps, Livraison marché Temps jeux, Jeux de Livraison marché Temps en ligne, Jeux de Livraison marché Temps gratuits en ligne

Dans tes rêves, Alfred. Les livres, c’est le savoir. Et savoir, c’est pouvoir. Et je suis Radio Non. Non. Que suis-je ? Où en étais-je ? Non. Le pire pour l’homme, c’est d’avoir le savoir sans le pouvoir. Car Radio Car c’est paradoxal, et Radio Merci d’être venus. Buvez donc. Buvez ! Ma fondation a déjà déclaré son soutien aux livres. Excusez-moi ? Jolie fille, mauvaise habitude, ne me citez pas. D’accord ? Que pensez-vous du justicier masqué à Gotham ? Le Daily Planet. C’est à moi ? Ou à l’autre type ? Les libertés sont bafouées dans votre ville. Les bonnes gens vivent dans la peur. Ne croyez pas tout ce que vous entendez. Je l’ai vu, M. Wayne. Il se croit au-dessus des lois. Le Daily Planet qui critique ceux qui se croient au-dessus des lois, c’est un peu hypocrite. Vous ne trouvez pas ? À chaque chat perché sauvé par votre héros, vous écrivez un article pompeux sur un extraterrestre qui, s’il le voulait, pourrait détruire la planète. Et on ne pourrait rien y faire. La plupart des gens ne sont pas de votre avis. C’est peut-être parce que je suis de Gotham, on a un mauvais souvenir des détraqués déguisés en clowns. Les gars ! Bruce Wayne rencontre Clark Kent. J’adore ! J’adore provoquer les rencontres. Comment va-t-on ? Lex. Bonsoir. Bien. Bonsoir. Lex, enchanté. Il a de la poigne ! Mieux vaut ne pas se battre avec lui. Vous nous honorez enfin de votre présence. Je suis passé vider votre bar. Faites donc. Passez plus souvent. Je vous montrerai mon labo. On pourrait collaborer. Mes chercheurs mijotent un tas de sales coups. Sept minutes. Le transfert est terminé. M. Luthor. Oui. Le gouverneur. Le gouverneur. Excusez-moi. À la prochaine. Mme le gouverneur, bonsoir. Lex, quel plaisir. ” Radio un incendie a interrompu “les célébrations du Jour des Morts à Juarez.” Excusez-moi. “Ils vont laisser mourir cette pauvre enfant.” Les habitants de cette planète cherchent un sauveur. % des gens croient en une puissance supérieure, et toutes les religions croient à une figure messianique. Et quand le sauveur arrive sur Terre, on veut qu’il obéisse à nos règles ? C’est un changement de paradigme. Il faut penser au-delà de la politique. Quelles contraintes morales faire valoir ? Nous avons le droit international. Ici-bas, toute action est politique. Doit-on s’étonner que l’homme le plus puissant du monde fasse l’objet de controverses ? Un individu qui s’engage dans des interventions du ressort fédéral doit nous donner à réfléchir. Les êtres humains ont une propension délétère à suivre les hommes puissants sur la voie d’atrocités humaines gigantesques. Nous avons toujours créé des icônes à notre image. En fait, nous nous projetons sur lui. Ce n’est peut-être ni un diable ni un dieu, mais juste un type qui essaie de faire le bien. Nous parlons d’un être dont l’existence défie notre sens des priorités dans l’univers. Comme lorsque Copernic a remis le soleil au centre de l’univers, à la place de la Terre. Ou quand la théorie de l’évolution de Darwin nous a montré que sur Terre, nous ne sommes qu’une forme de vie parmi d’autres.



Remonter