PUB





TOUCHES:

Licence Pour Le Chaos 2, Licence Pour Le Chaos 2 jeux, Jeux de Licence Pour Le Chaos 2 en ligne, Jeux de Licence Pour Le Chaos 2 gratuits en ligne

Licence Pour Le Chaos 2 N’aie crainte, mon frère. “Dieu à nos côtés est plus puissant que tous les obstacles. “Nous gagnerons notre liberté. “Affectueusement. Ton frère, George Loveless.” Pas toucher. C’est très chaud, tu comprends ? C’est chaud Pas toucher. Viens avec moi. Je vais prendre ta photo. Moi prendre photo de toi. Tu comprends ? Viens, viens, je te montre. Regarde. Tienstoi ainsi, sans bouger. Comme ça, sans bouger. Voilà. Bien. Oui, très bien, très bien. Là, sans bouger. Bien, bien, bien. C’est très bien. Ne bouge pas. Poussetoi ! Toi poussetoi ! Sors de là ! Poussetoi ! Non, non, non ! Poussetoi ! Ne bouge pas. Non, toi, poussetoi ! Toi, tu restes, et toi, tu sors ! Ne bouge pas. Hammett. Qu’estce que tu fais ? Tu détruis mon travail ! Belle créature, mesdames et messieurs. Régalezvous de cette chair nue et luisante, de ces bras rompus aux charges les plus lourdes et de ce dos solide comme celui d’une mule. Mesdames et messieurs, vous m’avez tous l’air d’avoir besoin d’un peu d’assistance domestique. Voyez ce torse, mesdames et messieurs. Et ces biceps ! Allons, combien offrezvous ? Pour ce beau spécimen, quelle est votre offre ? Il est encore un peu brut, mais traitezle bien et vous en tirerez encore de l’ouvrage. Je veux entendre les pièces rouler. Quatre shillings. Voilà une dame bien prudente. Cinq shillings. Six shillings. Sept shillings. Huit shillings. Neuf shillings. Fouillez bien dans vos poches, je veux entendre ces pièces. Qui est prêt à offrir dixsept shillings ? Dixhuit. Dixneuf. Estce une livre que j’entends ? Qui pour une livre ? Admirez ces muscles, mesdames et messieurs. Une livre. Une livre, qui dit mieux ? Qui dit mieux ? Vendu pour une livre ! Merci, monsieur. Grimpez. Ce salopard n’aura pas ma peau. Je l’enverrai d’abord en enfer. Te voilà chez les nobles ? Si tu étais moins jeune, je te couperais les couilles. Il y a une chose qui ne se fait pas, fiston : renier ses origines. Certains se croient meilleurs que les autres. Ils sont simplement plus égoïstes. Comment vous vous appelez ? Dans ce pays, je n’ai pas de nom. Que faitesvous là ? Je suis là à la place de mon frère. Mais qu’importe, nous sommes tous frères. Qu’a fait votre frère ? C’est un charpentier, un artisan. S’il n’y avait pas des gens comme lui, tout tomberait en morceaux. Je voulais dire, qu’atil fait de mal ? Lui ? Il n’a rien fait de mal. Il voulait juste que les gens soient bien traités. Il croyait en ce qu’il faisait. Et làbas, dans la nature, il y en a cinq autres comme lui. Maintenant que je sais ce qu’ils ont subi, je les admire. Je me considère comme l’un d’eux. Toute ma vie, on a cru me posséder. Mais je suis un homme libre. Au fond de moi, je le sais, je suis un homme libre. Quelle que soit la façon dont on te traite, nul ne pourra jamais posséder ton âme. N’oublie pas ça. Poussez ! Courez ! Saute. À l’aide ! À l’aide ! À l’aide. À l’aide. À l’aide ! Là, descends. Tu es un jeune garçon très idiot. Allez, cours. Alors, camarade, vastu dire comment tu t’appelles, oui ou non ? Vastu dire comment tu t’appelles, oui ou non ? Freeman.



Remonter