PUB







TOUCHES:

Les Minions De Course Rapide Adventure, Les Minions De Course Rapide Adventure jeux, Jeux de Les Minions De Course Rapide Adventure en ligne, Jeux de Les Minions De Course Rapide Adventure gratuits en ligne

J’en suis assez gênée, tu sais. De quel droit ne suis-je pas heureuse ? J’ai tout. Je me sens ingrate de ne pas être heureuse. Tu as le droit autant que quiconque, Susan, car tout est relatif. Tu es terriblement dure avec toi-même. Comment fais-tu ? Tu veux dire avec Carlos ? C’est… Ça ne me pose pas de problème. Avoir un mari gai, ce n’est pas une si mauvaise chose, tu sais ? Nous sommes de vrais bons amis. Nous nous aimons totalement. Je suis certainement la seule femme dans sa vie. Et ça dure plus longtemps que le désir, non ? C’est pour toujours, vraiment. Hutton et moi, on n’a pas ça. L’avez-vous déjà eu ? On ne veut pas les mêmes choses, ou plutôt, je ne veux pas les mêmes choses. Tu l’aimes encore ? On m’appelle. Excuse-moi. Il doit prendre un avion. Je vais lui dire au revoir. J’espère que cette affaire marchera pour toi. Vraiment. Je sais que tu en as besoin. Nous en avons besoin. Non. Tu en as besoin. Au revoir. Au revoir. Donc, j’ai dit : “Eh bien, ma mère m’a toujours dit “que si on se masse la chatte avec de l’enduit à cuisson en vaporisateur “un mois avant la venue du bébé, pas besoin de rajeunissement vaginal.” Je dois aller acheter du Pam. Et elle sera en nomination cette année. En nomination ? Elle gagnera. Parlons de ton vernissage. Mon sujet préféré. Pas le mien. Le vernissage était spectaculaire hier soir. Vraiment ? C’est ce que tu penses ? Quoi, pas toi ? Non. Je crois que le travail était incroyablement fort. Si parfait avec toute cette culture de pacotille dans laquelle on vit. C’est de la pacotille. Pures pacotilles. Ma chérie, tu as un grand succès. Personne n’aime son propre travail. Alors pourquoi le fait-on ? Parce qu’on est poussés à le faire. Et peut-être un peu angoissés. On s’intéresse à des trucs quand on est jeunes parce qu’on croit que c’est signifiant. Et on se rend compte que c’est faux. Susan, profite de l’absurdité de notre monde. C’est beaucoup moins douloureux. Et crois-moi, notre monde est bien moins pénible que le vrai monde. POUR SUSAN Pourquoi se rendre à Marfa dans cette vieille bagnole ? Parce qu’elle a été remise à neuf. C’est un classique. La chaîne audio est affreuse. Eh bien, tu devras l’endurer jusqu’au bout. Tu as deux paires de bottes, India ? Doit-on vraiment arrêter ce soir ? Je voudrais qu’on y soit. Bien, demande à ta mère. C’est elle le patron. Je règle le réveil. India, tu es sur ce truc depuis des heures. C’est toi qui voulais rouler toute la nuit. Oui, mais je suis censée faire quoi, chanter des chansons de feu de camp ? C’est encore loin ? Je ne sais pas. Trois heures, trois heures et demie. Papa, ton souhait va se réaliser. Je n’ai plus de réseau cellulaire. C’est incroyable qu’il n’y ait pas de réseau ici, non ? Comment c’est possible ? Deux des choses que je préfère dans l’ouest du Texas, pas de téléphone et pas âme qui vive. Allez. Quels imbéciles. On en est débarrassé ? India, ne fais pas ça. Quoi ? Quoi ? Qu’a-t-elle fait ? Un doigt d’honneur. Maman. Maman, j’ai peur. Tony. Accélère. Ça va, ça va. Non, je n’aime pas ça. Tout va bien. Accélère. Tony.



Remonter