PUB





TOUCHES:

Le salon de coiffure d’Eva, Le salon de coiffure d’Eva jeux, Jeux de Le salon de coiffure d’Eva en ligne, Jeux de Le salon de coiffure d’Eva gratuits en ligne

 Quelle est la couleur de mes yeux ? La couleur de vos yeux ? Le salon de coiffure d’Eva Non, j’avoue que… Vous voyez ?  Qu’y atil ? Vous partez ?  Je n’aurais pas dû venir ici. En franchissant cette porte, j’ai tout gâché. Allô, mademoiselle ? Donnezmoi le , s’il vous plaît. Allô, Humbert ? C’est moi, Jeux de Fille Davenne. Pourquoi téléphoner à une heure pareille ? Que se passetil ? Pardon. C’est au sujet de Massigny. Je dois savoir certaines choses. Atil été marié ? Plusieurs fois ? Où vivaitil ces  dernières années ? Quelles ont été ses liaisons ? Je veux le nom de la personne qui peut le mieux me renseigner sur lui et je dois savoir qui était sa dernière maîtresse. J’ignore ce qui s’est passé entre Massigny et vous, et je ne veux pas le savoir. Mais soyons francs .: Votre intransigeance commence à ennuyer tout le monde. Le salon de coiffure d’Eva Dans un mois, je travaillerai à Paris, mais voici mon conseil .: Oubliez votre haine pour Massigny. C’est réellement indigne de vous. Même si vous devez penser que je manque de dignité, je suis venue. Je suis là pour savoir. J’ai besoin de savoir. Le salon de coiffure d’Eva Un jour, vous m’avez dit que vos morts n’étaient qu’un. Maintenant, je sais tout. Je sais que ce mort unique, c’était Jeux de Fille. Oui, c’est Jeux de Fille.  Vous le connaissiez ?  Oui. Il a été l’ami de toute mon adolescence et de ma jeunesse. Et puis, il m’a trahi. Il a détruit ma confiance dans la vie. Il m’a appris la suspicion. Moi aussi, à un certain moment, j’ai cru le haïr. Mais lorsqu’il est mort, j’ai su que je ne l’oublierais jamais. Il était très fort pour séduire, pour dominer, pour asservir. Même aujourd’hui, Massigny bouleverse ma vie. Il nous sépare. Je veux en savoir plus sur le lien qui existait entre vous et lui et j’ai honte de cette curiosité. Mais pourquoi ne m’avezvous jamais parlé de lui ? Tant qu’il vivait, je n’avais pas le droit d’en parler. Le salon de coiffure d’Eva D’ailleurs, je n’avais aucun droit. Notre histoire ne m’appartenait pas. Quand il est mort, rappelezvous, c’était à la période où j’ai cessé de vous voir.



Remonter