PUB





TOUCHES:

Le Dernier Espoir De Rapide Bus, Le Dernier Espoir De Rapide Bus jeux, Jeux de Le Dernier Espoir De Rapide Bus en ligne, Jeux de Le Dernier Espoir De Rapide Bus gratuits en ligne

ans surprise, le taux de mortalité dans les camps de concentration était atterrant et de ces rares individus qui ont pu survivre, peu d’entre eux pouvaient encore être appelés, humains. En attendant, alors que la mascarade judiciaire était en cours, derrière les murs des prisons, des tortures d’une autre sorte traquaient le peuple allemand ”libéré”, alors que les vainqueurs alliés adoptaient leur plan pour diviser, piller et détruire complètement l’Allemagne conquise. À la fin de , le soi-disant ”Plan Morgenthau” fut approuvé par le Président Roosevelt, réalisant la demande d’avant-guerre des Juifs d’extermination officielle de l’Allemagne. Portant le nom du Secrétaire au Trésor de Roosevelt, Henry Morgenthau, mais en fait conçu par le premier adjoint du secrétaire, Harry Dexter White tous deux Juifs le programme appelait à la destruction complète de l’Allemagne, après que la victoire ait été remportée. En plus du démantèlement et de la destruction des industries lourdes et de la fermeture définitive des mines, le Plan Morgenthau appelait à la réduction de moitié de la superficie des terres du Reich. Comme beaucoup le savaient, cet acte garantissait qu’environ deux tiers de la population allemande ou cinquante millions de personnes, mourraient bientôt de faim. Avec le reste de la population réduite à une agriculture de subsistance et avec une nation réduite totalement à la merci de voisins européens hostiles, on a estimé que d’ici deux générations l’Allemagne aurait cessé d’exister. Quand le successeur de Roosevelt, Harry Truman, rencontra Staline et le nouveau Premier Ministre britannique, Clément Attlee, à Potsdam, en juillet , la plupart des pièces vicieuses du plan meurtrier de Morgenthau restèrent sur la table. Avec la signature des Trois Grands le plan entra en vigueur. Le pillage méthodique de Staline dans la Zone d’Occupation Russe devint prodigieux. Les aciéries, les moulins à grains, les scieries, les raffineries de sucre et de pétrole, les usines chimiques, les travaux optiques, les fabriques de chaussures et autres industries lourdes furent démontés jusqu’au dernier boulon et envoyés à l’Est en Union Soviétique où ils furent réassemblés. Les usines autorisées à rester en Allemagne purent uniquement fonctionner pour le compte de la Russie. Les locomotives électriques et à vapeur, leur matériel roulant et même les rails sur lesquels elles roulaient furent également envoyés à l’Est. Contrairement à son allié primitif soviétique, les États-Unis n’avaient pas besoin des fabriques et des usines allemandes. Néanmoins, les Américains furent de loin les plus zélés à détruire la capacité de l’Allemagne à se relever. Bien que les Américains ont pu rejeter avec mépris l’industrie allemande, ils eurent un grand intérêt dans les réserves de trésors du Troisième Reich. Des milliards de dollars en or, argent et en devises, ainsi que des tableaux inestimables, des sculptures et autres œuvres d’art furent arrachés de leurs cachettes : grottes, tunnels et mines de sel et expédiés de l’autre côté de l’Atlantique.



Remonter