PUB





TOUCHES:

Laberinto del la Terreur, Laberinto del la Terreur jeux, Jeux de Laberinto del la Terreur en ligne, Jeux de Laberinto del la Terreurgratuits en ligne

sur scène, si je vous ignore. Quelle heure, déjà ? h. Pas besoin de planifier ça. J’y tiens. C’est où ? Au Saugatuck. Ça s’écrit comment ? On n’oubliera pas de t’emmener. Laisse-la faire. S-A-U-G-A-T-U-C-K. Arrête. Toi, arrête ! Pourquoi elle s’inquiéterait pour rien ? Laisse-la, ça la rassure. Ne parle pas d’elle comme si elle n’était pas là. Je lui parle. Hein, maman ? Oui. Tu y connais quoi ? Ferme-la. Grandis un peu. Va chier. Très distingué. Les filles. Tu me cherches, là ? Trop conne. Assez. Ta gueule. Toi, ta gueule. Arrêtez. Qu’est-ce qui se passe ? Alice, vous nous avez gâtés. Merci, Charlie. Lydia, ma chérie. Je crois qu’on s’est disputées hier, mais je ne me rappelle plus à propos de quoi. C’était rien. Je t’ai fait de la peine. Je devrais m’excuser. Non. C’est moi qui devrais m’excuser. Je regrette, j’ai manqué de tact. Tu me pardonnes ? Pour quoi ? Je te reprochais de ne pas respecter ma vie privée. C’était pas mon intention, je retire ce que j’ai dit. Excuse-moi. Non, excuse-moi. Même si je ne m’en souviens pas. Je sais. J’ai essayé de faire semblant de rien. Ça fait quoi ? Qu’est-ce que tu ressens ? C’est variable. J’ai des bons jours et des mauvais jours. Les bons jours, je passe presque pour une personne normale. Les mauvais jours, j’ai l’impression de ne pas me retrouver. Je me suis toujours définie par rapport à mon intellect, mon langage, mon élocution. Maintenant, il m’arrive de visualiser les mots sans les atteindre, je ne sais pas qui je suis et ce que je vais encore perdre. Ça a l’air atroce. Merci de t’en préoccuper. Lydia. PAS DE SECRETS Ils nous quittent. L’un d’eux est déjà parti. Déjà et pour toujours. Nous restons seules pour recommencer notre vie. Il faut vivre. Il faut vivre ! Un temps viendra où l’on comprendra le pourquoi de toutes ces souffrances. Il n’y aura plus de mystère. En attendant, il faut vivre. Il faut travailler, travailler. Demain, je partirai seule, j’enseignerai. Je donnerai tout à ceux qui en auraient besoin. C’est l’automne, bientôt l’hiver, la neige va tout ensevelir. Et je travaillerai. Je travaillerai. La voilà ! Tu étais géniale. Extraordinaire. Mlle Howland, un autographe ? C’était formidable. J’ai pu très facilement m’identifier à elle. Il y a beaucoup de justesse dans son désespoir, mais aussi sa joie. Merci. C’est top. Vous donnerez un autre spectacle ? C’est mon seul job. Vous n’êtes ici que pour la saison ? C’est Lydia. Ta fille. Je le sais. Merci. Je suis un peu gênée. Ne sois pas gênée, je t’en prie. Girafe. Marteau. Peigne. Je sais ce que c’est. C’est comme un poulet, mais différent. C’est un canard. Et ça ? Un ballon de basket. Épelez “water” à l’envers. Je peux l’épeler à l’endroit ? W-A-T-E-R. R. E-T-A-W. Très bien. Et le nom que je vous ai donné il y a quelques minutes ? Chaque fois c’est pareil, je ne m’en souviens pas. Était-ce John Black, John White, John Jones ou John Smith ? Smith. Son adresse était-elle East Street, Washington Street, Humbolt Street ou Main Street ? Si je peux intervenir, on s’inquiète de la rapidité de la détérioration. Est-ce normal ?



Remonter