PUB







TOUCHES:

La Princesse Juliette Plus Difficile D Échapper Pays Des Merveilles Aventure, La Princesse Juliette Plus Difficile D Échapper Pays Des Merveilles Aventure jeux, Jeux de La Princesse Juliette Plus Difficile D Échapper Pays Des Merveilles Aventure en ligne, Jeux de La Princesse Juliette Plus Difficile D Échapper Pays Des Merveilles Aventure gratuits en ligne

Gosselin laissait faire ? Il lui passait tout. Il I’avait trouvé tout gosse, tout miséreux, abandonné. Dans la ruelle, le jour de la saint Philibert. C’est un enfant trouvé ? Oui, élevé avec la petite. On les a mariés. Ils auraient mieux fait de se casser une patte. Le commerce ! Mon pauvre Nicolas, c’est terminé. C’est plus comme avant. Alors, on se débrouille. J’ai du vin plein les caves, je le place au mieux. Et Charlotte ? Tais-toi, malheureux ! Parle pas d’elle ici . Avec ce qui se passe en ville, ça plaisante pas en ce moment. Tu vois ce que je veux dire ? Elle m’a fait du tort. Bonjour, Nicolas. C’est Lucas. Tu le reconnais ? Bien sûr. Ça va ? Il est sourd comme un pot. Je disais quoi ? Charlotte. Ah oui ! Autant que tu le saches, t’as tué son baron. mois plus tard, elle s’amourachait d’un marquis. Le marquis de Guérande. Toujours sa folie des grandeurs. Les prédictions de sa bohémienne. Elle est ici ? Charlotte ? A Nantes ? T’es fou . Tout ce beau monde a filé dès le début, en . Elle est partie avec son marquis. Où ça ? Ça, aucune idée. Ça fait ans que j’ai pas de nouvelles. Tu venais pas pour la revoir ? Si . Pour quoi faire ? Pour divorcer. Ça alors ! Divorcer ! Oh ! C’est pas de notre temps qu’on aurait osé. Oh ! Citoyen Gosselin ! Citoyen Gosselin ! Qu’est-ce qu’il y a encore ? É ! Hé ! Ta femme. Oui ? On pourrait te dire où elle est. Qui ça ? La sœur du marquis. Celui qui … Oui, celui de ta femme. Le marquis de Guérande. Il a une sœur, elle est encore ici . Je la vois parfois en ville. Elle vient dans une maison près de chez moi . T’es pas sourd ! Ça dépend . Tu vas me montrer où c’est. T’es pas fou, j’ai du travail . J’étais sûr qu’il était chez toi . A la mairie, ils sont dans un état. Il était enfermé. Ils vont le chercher, plus personne. Il avait sauté par la fenêtre. Oh, ça m’étonne… Allons bon ! Il a remis ça. C’est là . Ils sont là-haut, ils vous attendent. Encore une fois. Ah enfin ! A vous ! Allez-y ! Je ne sais pas lire les notes. Qui vous envoie ? Personne. Qui êtes-vous ? Je cherche Mlle de Guérande. Ce n’est pas ici. Ce n’est pas ici . Comment es-tu entré ? Allez, parle. Explique-toi . Doucement, les amis. Qui êtes-vous ? D’accord, mais retirez ça . Tenez, le voilà ! Nicolas, q u’est-ce que tu fais ? Voilà une heure que je te cours après. Ton blé, ton bateau, ça ne t’intéresse plus ? Je descends. Qui habite là ? ein ? C’est quoi, cette maison ? Quoi ? Ils ont I’air de se régaler, les bougres. Ah, le voilà, notre sauveur. Le bienfaiteur du peuple. Dans mes bras, mon ami. Ton blé est excellent. Faites venir son bateau. Ça suffit ! Assez de gaspillage. Respectez le pain du peuple, chiens ! La sale bête ! Arrêtez-les. Noyez-moi tout ça . Ça ne va pas ? Quelque chose te gêne ? Viens, tu ne me quittes plus. Nous avons notre fête de la raison, tu en seras le héros avec moi. Le chœur : Tu te rappelles, je te disais que ça viendrait un jour. Tu vois, on y est arrivés. Pendant ce temps, que faisais-tu ? Du commerce. T’as pas honte ? Y a pas de monde sans commerce. Ça viendra.



Remonter