TOUCHES:

La Circulation De La Ville De La Station, La Circulation De La Ville De La Station jeux, Jeux de La Circulation De La Ville De La Station en ligne, Jeux de La Circulation De La Ville De La Station gratuits en ligne

de la mettre au travail. C’est très bien, je vous rendrai visite très prochainement. Attends. On laisse reposer les bêtes car elles coûtent cher à remplacer. Mais pas nous. On aura un avantage. Tu te fais des illusions. Crever au travail et mourir de faim, voilà notre sort. Allez, plus vite! Plus vite! Il faut qu’on ait fini ce soir, gibier de potence! Qu’est-ce que tu as? Qu’est-ce que c’est que ça?! Si t’es pas capable de bosser, retourne chez toi. Je ne te payerai pas ta journée. On devrait avoir fini. A Paris, y a pas de boulot pour les fortes têtes! Payez cet enfant pour qu’il rentre chez lui. Payez-moi le travail que j’ai fait. Je vais t’apprendre la politesse! Payez-le ce que vous lui devez et après, vous vous excuserez. Des excuses, tu vas les recevoir! Où te crois-tu, toi?! Au secours, lâchez-moi! Tu vas payer cet enfant! Jamais! Au secours! Qu’est-ce que c’est?! Où tu vas avec ça?! Il ne faut pas rester ici. On n’a rien fait de mal. Fais-le pour moi et pour le gosse, allez. Au secours! Allez le môme, viens. Qu’as-tu? Laissez-moi, sauvez-vous. Tu penses! Allez, hop! Les argousins ne sont plus après nous? Non. Passe-moi le gosse. Allez, hop! Où habites-tu? -, rue du Temple. C’est là. On est arrivés. Allez, descends. Attends. C’est par là. Fanfan est blessé? C’est rien de grave. Il a mal à une patte? Il s’est tordu le pied. Quelle pitié, faire travailler des mômes de cet âge! Ses parents sont au e. On va lui préparer.. ..un bain de pied. Je vous aide à le porter? Non, je peux le faire. La mère est malade. Le père bosse nuit et jour pour un salaire.. ..de famine. Et là, Fanfan se tord la patte. C’est encore la misère, pour eux, pour vous et pour moi. On ne s’en sort pas. En être là encore aujourd’hui après tout ce qu’on nous a promis! Je ne suis pas au mauvais esprit mais mon père a pris la Bastille. Il était là le Juillet, il a suivi le mouvement. Liberté, égalité, fraternité. Tu parles! Le Juillet, ..ça n’a rapporté qu’aux marchands de pétards et de feux d’artifice. Les révolutions, les guerres, les victoires, ..les rois, les empereurs et les généraux, ..je mets tout ça dans le même sac. On frappe. Entrez. Fanfan s’est fait mal à une patte. Oh, mon Dieu! Ce n’est rien. C’est grâce à Rodolphe et à son ami, ils m’ont porté. Merci, monsieur. C’est rien, maman. Oh, mon Dieu! Si Fanfan ne peut plus travailler, ..comment va-t-on faire? J’ai déjà un loyer en retard. J’ai beau travailler nuit et jour, à moi seul, je n’y arriverai pas. Je ferai patienter la propriétaire. De l’eau chaude pour l’éclopé. Si vous avez besoin d’autre chose, n’hésitez pas. Merci, Rodolphe. On reviendra te voir demain. Promis? Juré. Monsieur. Rodolphe a flanqué une de ces raclées aux contremaîtres, ..si t’avais vu ça, pa’! Pour être bons comme vous êtes, vous avez dû connaître la misère. Mais bien sûr. Comme tout le monde. Vous devez être fatigués. Entrez un moment dans la loge. Venez manger un morceau. Non, on ne veut pas déranger. Non, des amis nous attendent. Au revoir et merci. Je connais un quartier où les argousins ne viendront pas.



Remonter