PUB





TOUCHES:

L’échec de l’homme, L’échec de l’homme jeux, Jeux de L’échec de l’homme en ligne, Jeux de L’échec de l’homme gratuits en ligne

L’échec de l’homme Oui, c’est mon métier, celui des autres, jusqu’au chien qui ferme la marche. Et le moins disposé à trahir. Il ne s’aviserait même pas d’aboyer de peur de se compromettre. C’est un parfait chrétien. Pourquoi tu ne te mets pas au service de Fagin? Ta fortune serait faite. Comme ton vieux monsieur à Pentonville. Grande maison, tout ça. J’ai jeté un coup d’?il à l’intérieur. Joli, n’estce pas? Oui. Et je dormais dans mon propre lit. Dans ma propre chambre. De jolies choses au mur, hein? Oui. En effet. Metstoi au service de Fagin et tu pourras te retirer dans une propriété comme cellelà. Et tu ferais le monsieur. Non, il a peur de se faire accrocher. Je ne comprends pas. Et si tu n’escamotes pas des montres et des mouchoirs, d’autres le feront. Tu as autant de droit qu’eux. Absolument. Absolument. Tout se résume en un mot, mon cher, un mot. Tu peux croire Dodger. Il entend à merveille le catéchisme de sa profession. Cocher? Je viens de la part de Bill. Pour quoi faire? Pour rien de mal. J’en doute. Je ne demande pas mieux que de t’aider, mais je ne peux pas. J’ai promis que tu serais sage et tranquille. S’il en est autrement, tu ne ferais que te nuire. Et à moi aussi. S’estil tenu tranquille? Comme un agneau. Assiedstoi. Il faut que je te prêche. Connaistu ça? Oui. Dans ce cas. Voici de la poudre. Voici une balle. Et voici un lambeau de vieux chapeau pour servir de bourre. Maintenant, le voici chargé. Oui, je vois bien, monsieur. Quand nous sortirons, si tu dis un mot avant que je t’adresse la parole, je te loge une balle dans la tête sans autre préambule. Ainsi, si l’idée te vient de parler sans permission, tu peux dire tes prières. Ça signifie tout simplement que s’il te contrecarre, tu le mettras hors d’état de jaser en lui brûlant la cervelle. Et tu courras le risque d’être pendu pour ça. C’est ça. Les femmes savent dire les choses en peu de mots. Le souper, Nancy. Et un petit somme avant de partir. Mon ami Bill. Entrez, la porte est ouverte. Pas tant de bruit. De la lumière, Toby. Barney, de la lumière. Montre le chemin à monsieur. Barney? Tâche de t’éveiller, si c’est possible. M. Sykes. Entrez, monsieur. Bill, mon brave. Enchanté de vous voir. Tiens jeux Qui estce? C’est l’enfant. Un des apprentis de Fagin? Oui. Il est l’heure. Oui. Les tapageurs, Barney. Ils sont chargés. Bien. Et les persuadeurs? Je les ai. Et les fausses clés, les chignoles. Les lanternes sourdes. Rien n’est oublié? Tout est en règle. Je ne peux pas. Je ne peux pas. Tu le feras. C’est la maison de M. Brownlow. Pitié. Ne faites pas de moi un voleur. Ayez pitié de moi. Viens. Laissezmoi me sauver et mourir dans les champs. Je n’approcherai jamais de Londres. Silence! Debout, ou je te fais éclater la cervelle dans l’herbe. Je vais te faire passer par là. Tu vas nous ouvrir la porte d’entrée. Je ne peux pas. Il y a un verrou. Je le sais, il est trop haut. Tu monteras sur une chaise. Faisle. La porte. La porte d’entrée. Qui est là? Mme Bedwin? Estce bien vous? Viens. Viens. Au secours! Au secours! A l’aide, mon Dieu! A l’aide! A l’aide!



Remonter