TOUCHES:

Karate Blazers Aventure, Karate Blazers Aventure jeux, Jeux de Karate Blazers Aventure en ligne, Jeux de Karate Blazers Aventure gratuits en ligne

J’ai fait kilomètres pour venir là, je vais les refaire en retour. J’ai voulu que mon oncle vienne mais mon père m’a dit que c’est mon devoir. Je suis gelé là ! Ne crie pas ! J’ai aussi des problèmes au dos. Je suis allé dans toutes les mosquées. Tu peux demander si tu veux. Que faire avec les mosquées ? C’est moi qui t’ai dit de venir ? Mon père est dans son lit de mort. Viens avec moi pour l’amour de Dieu. Tu peux repartir après. S’il te plaît, je t’en supplie ! Tu viens ? Écoute. Tu as l’air d’un homme bien. Tu as fait ton devoir en venant là. Et moi, je t’ai répondu. Si j’étais dans ta place, je prendrais un vol et repartirais. Je suis venu en voiture. Je ne vole pas. L’avion n’est pas fait par Dieu. La voiture est plus sûre. Tu en as peur. Alors je ne sais pas, moi. Monte dans ta voiture et retourne. Ici, c’est Kasimpasa. Tu vas te faire foutre. Je me fais foutre ? Bon, écoute Jeux Moi, je t’ai tout dit. Je t’ai prévenu. C’est à toi maintenant. Tu vas où, mon frère ? Tu ne viens pas avec moi ? Si, si. Je vais faire ma valise et même prendre des pâtes pour la route ! Mon frère Jeux Pourquoi suis-je venu là, moi ? Mon oncle devait venir ! Mais non, “Ton frère, ton devoir” m’a-t-il dit. Quel frère ! J’ai tellement mal au dos dans le froid. Que le frère aille au diable ! J’ai fait kilomètres et il me renvoie dans la voiture ! J’ai connu toutes les mosquées d’lstanbul. Mais non ! Il ne s’y intéresse pas. Je lui ai dit d’envoyer mon oncle. Mais non, c’est mon frère, mon devoir ! Voilà moi, tout fauché. Mon dos me tue Jeux Mon Dieu Jeux Mon père ! Je n’ai pas pu le persuader. Je lui ai dit qu’il est dans son lit de mort mais il ne l’accepte toujours pas. Hé ! Je suis fauché, et on m’a volé le portable. Comment vais-je les appeler ? Hé, tais-toi ! Je ne connais même pas le nom de cet endroit. Hé, mon frère ! Hé, mon frère ! Il est en train de mourir, notre père. Arrête de crier ! Je ne parle qu’à moi-même. Bon, je t’ouvre. Viens. Ce n’est pas ouvert. Ça ne marche pas. Silence ! Qu’est-ce qu’il y a ? Ça ne marche pas. Merde ! C’est tombé en panne, je crois. Imbécile ! Tu n’entends pas le son ? Il faut pousser en même temps ! Ah, oui, j’ai compris ! Voyons ! Il m’emmerde, lui. Tu m’ouvres ou pas ? Merde ! Il n’y a pas d’électricité. La sonnette ne marche pas. Quoi ? Il n’y a pas d’électricité. La sonnette ne marche pas. Pourquoi tu cries au milieu de la nuit ? La sonnette ne marche pas. Qui es-tu ? Viens ici ! C’est bon, Metin. La sonnette ne marche pas, mon pote ne peut pas entrer. Attends, je te lance la clé. Tiens. Tu dors ? Tu dors, mon frère ? Ne me fais pas regretter que je t’ai laissé entrer. Dors ! Ma tête Jeux Tu as mal à la tête ? Ma tête Jeux Tu n’as pas trop de mal ? Allez, dors. Tais-toi et dors. Ça suffit déjà. Je me demande s’il y a des “kompirs”. Hé ! C’est rien, je me suis cogné. Tu t’es cogné ? T’es voleur, toi ? Tu vas voler ? Mais où sont-ils ? Va te coucher. Il y a des “kompirs”? Kompirs ? Qu’est-ce qu’on l’appelait ? Des frites ! Des frites ? Des patates. Des patates ? Pommes de terre ! Pommes



Remonter