PUB





TOUCHES:

Gros Camion Benne 2, Gros Camion Benne 2 jeux, Jeux de Gros Camion Benne 2 en ligne, Jeux de Gros Camion Benne 2 gratuits en ligne

les gens, tout ça ! Calme-toi. Attends. Dans le couloir. Attends. Hé ! Mais aide-moi ! Doucement, doucement. Tu m’aides ou pas ? Tu m’aides ! Tu m’aides ou pas ? Tu ne m’aides pas ! Nelly ! Nelly ! Pose-la ! Pose-la ! Attention ! Sa tête ! Mais qu’est-ce qu’il fait ? Viens, on s’en va. José ! Pedro ? Tu fais quoi là ? Tu fais quoi ? Quoi ? De quoi je me mêle ? Fous-moi le camp. Étienne, tire-toi. Bonne nuit. J’ai du boulot. Où est ma mère ? Tu le sais ! Non. Je ne sais rien ! Elle est ici avec toi ! Pedro ! Calme-toi ! Maman ! Maman ! Arrête ! Pourquoi tu ne veux rien dire ? Papa ! Pedro, qu’est-ce qu’il y a ? Arrête. Papa ! J’en ai marre ! Arrête ! Qu’est-ce qu’il y a ? Elle n’est pas à la maison ? Raconte-moi. Pedro. Pedro. Moi, je ne le savais pas. Ça sert à rien de s’affoler comme ça. C’est peut-être rien. On va voir. D’accord ? Un Ouzbek dit quoi, quand il voit une peau de banane ? Un quoi ? Un Ouzbek. Quoi ? “Oh, merde. Je vais encore tomber.” Pedro. Pedro, tu ne restes pas comme ça. Je suis là pour toi, pour ta mère, pour ta soeur. Ma mère, tu la laisses. Toi, tu n’as rien à voir. Tu n’es rien. Petit con. Gros con. Pedro. Regarde, il dort. Viens. Merde. Les manteaux. C’est quoi, ce trou ? Il est grand. Je crois que c’est pour ton père. Tu crois qu’il nous entend ? Je ne sais pas. En tout cas, moi, je l’entends. Je l’entends avec sa vraie voix. Ça me rappelle Papi. Quand il est mort, ma mamie disait qu’elle l’entendait avec la même voix qu’il avait à leur mariage. Ta mère, elle est où ? Ne t’inquiète pas. Il a raison. Elle n’a pas appelé, donc ça va. Tu te rappelles ? C’était à mon anniversaire de ans. Papa, tu es là ? Marie-France, elle m’a dit que tu entendrais tout, là-haut. Marie-France nous garde parce que maman est fatiguée. Papa, je t’aime. Bon voyage. Je veux voir mes enfants. Je ne peux pas le laisser. On ne peut pas le laisser là. Il faut l’emmener quelque part. Vous nous avez fait peur, madame Lopez. Il ne faut pas boire de l’eau comme ça. ou litres par jour, c’est le maximum. C’est quoi, cette seringue ? Non. Vous ne me prenez pas jeux Vous ne me prenez jeux Allez ! Allez ! Tu m’emmerdes, toi ! Ça ne passe pas ! Attends. Voilà. On va le mettre debout, et ça passera. Je te dis que ça ne passe pas. Tu le vois bien. Essaie un truc. Recule ! Recule ! Recule ! Ça passe, là. Force un peu sur les barreaux. Allez ! Tu vois bien que non. Moi, je vois que si. Vas-y. Soulève. Je ne peux pas. Attends. Attends. Mais jeux Allez, Martin ! Allez, on pousse. Doucement. Dépêchez-vous. Ça ne va pas, non ? Vous auriez pu le passer par l’escalier. Il ne passe pas ! C’est bon. On le tient. On n’y arrivera pas, là. Arrête, toi ! Va chercher un bout ! Tu le tiens bien, René, hein ? René ? Allez, allez. C’est bon ? Ça va. Doucement. Allez, les gars. Doucement. On le tient. Ça passe. C’est bon ? C’est passé, là ? Attends. Voilà. C’est bon, là ? Hein ? C’est bon. Qu’est-ce qu’ils ont foutu ? Je vais attendre. On va l’installer sous les poiriers. Sous le saule pleureur, tant que vous y êtes. C’est là qu’il aimait s’allonger.



Remonter