PUB





TOUCHES:

Grand Rapide Swift Épuisement Professionnel, Grand Rapide Swift Épuisement Professionnel jeux, Jeux de Grand Rapide Swift Épuisement Professionnel en ligne, Jeux de Grand Rapide Swift Épuisement Professionnel gratuits en ligne

et à quelque distance du palais. Étant bien entendu que je dois pouvoir me blanchir. Et avec lui, pour ne laisser ni écueils ni bavures dans ce travail, Fléance, son fils qui l’accompagne, dont l’éloignement ne m’importe pas moins que celui de son père, doit embrasser le sort de cette heure obscure. Fuis ! Fuis, Fléance ! Fuis ! Salut, Macbeth ! Salut, Macbeth ! Salut, Macbeth ! Vous connaissez chacun votre rang. Asseyez-vous. Une fois pour toutes, du fond du cœur, soyez les bienvenus. Notre hôtesse prendra la place d’honneur, en temps voulu, nous lui demanderons de vous souhaiter la bienvenue. Exprimez-la pour moi, Sire, à tous nos amis, car mon cœur est témoin qu’ils sont les bienvenus. Votre Majesté. Soyez prodigues de gaieté. Tout à l’heure, nous boirons à la ronde. Il y a du sang sur ton visage. C’est celui de Banquo. Est-il expédié ? Mon seigneur, il a la gorge tranchée. C’est un brave aussi, celui qui a fait la même chose à Fléance. Si c’est toi, tu n’as pas ton pareil. Très royal seigneur, Fléance s’est échappé. La fièvre me reprend. Autrement j’étais guéri, entier comme le marbre, ferme comme le roc, sans entrave, aussi libre que l’air environnant. Mais à présent, je suis claquemuré, captif, confiné, enfermé dans le doute et nargué par la peur. Mon royal seigneur, vous boudez vos convives. Merci pour cela. Ô ma douce mémoire ! Eh bien, qu’une bonne digestion assiste l’appétit, et que la santé les suive. Nous aurions tout l’honneur de notre pays sous notre toit, si notre noble Banquo était ici présent. Plutôt lui reprocher son incivilité qu’avoir à déplorer quelque accident. Son absence, Sire, jette le blâme sur sa promesse. Qu’est-ce qui trouble Votre Altesse ? Lequel d’entre vous a fait cela ? Quoi, mon bon seigneur ? Tu ne peux pas dire que c’est moi. Son Altesse n’est pas bien. Restez assis, nobles amis. Je vous en prie, restez assis. C’est une crise passagère. Dans un moment, il sera rétabli. Si vous l’observez trop, vous allez l’irriter, et prolonger son mal. Mangez, et ne faites pas attention à lui. Êtes-vous un homme ? Certes, et un homme courageux, qui ose regarder ce qui pourrait terrifier le diable. Oh ! Niaiserie ! Je t’en prie, vois. Observe. Regarde, là ! Que dites-vous ? Ce n’est qu’une image peinte par votre peur. Comme ce poignard tracé dans l’air qui, disiez-vous, conduisait vers Duncan. Pourquoi ces grimaces ? Aussi vrai que je suis ici, je l’ai vu. Mon digne seigneur, vos nobles amis vous réclament. On a déjà versé le sang, dans les temps anciens, Il fut un temps où, la cervelle détruite, l’homme mourait, et c’était la fin. Mais maintenant ils ressuscitent, et nous chassent de nos tabourets. Voilà qui est plus étrange que ne l’est pareil meurtre. J’oubliais. Allons ! Amitié et santé à tous. À notre allégeance, et à votre toast. Arrière, et hors de ma vue ! Que la terre te cache ! Tes os n’ont pas de moelle, ton sang est froid. Tu n’as pas de sensation dans ces yeux que tu dardes sur moi. Ne voyez là, mes chers seigneurs… …qu’une chose coutumière. Rien d’autre. Je vous en prie, restez assis.



Remonter