PUB





TOUCHES:

Grand Kart Combattant, Grand Kart Combattant jeux, Jeux de Grand Kart Combattant en ligne, Jeux de Grand Kart Combattant gratuits en ligne

Qu’ils s’enfuient tous. Tant que le bois de Birnam ne marche pas sur Dunsinane, je suis prémuni contre la peur. Qu’est-ce que ce petit Malcolm ? N’est-il pas né d’une femme ? Les esprits qui connaissent l’enchaînement des choses mortelles me l’ont annoncé : “Sois sans peur, Macbeth. “Aucun homme né d’une femme n’aura de pouvoir sur toi.” Allez, fuyez, perfides thanes, et mêlez-vous à ces épicuriens d’Anglais. Pourquoi êtes-vous silencieux ? Ce tyran, dont le seul nom couvre notre langue de cloques, était autrefois tenu pour honnête. Le moment est venu de nous aider. Votre œil en Écosse créerait des soldats, nos femmes combattraient pour se dévêtir de leur douloureuse détresse. Que notre venue soit leur réconfort. Mais j’ai des paroles qui devraient être hurlées dans un désert, où l’oreille ne pourrait pas les saisir. Mon très noble cousin. L’Écosse en est-elle toujours au même point ? Hélas ! Pauvre pays, presque effrayé de se reconnaître. On ne peut l’appeler notre mère, mais notre tombe. Quel est le tout dernier malheur ? Vos oreilles en voudront pour toujours à ma langue qui va leur infliger le son le plus douloureux jamais entendu. Comment se porte ma femme ? Votre château a été pris par surprise, votre femme et vos enfants sauvagement massacrés. Par qui ? Qui ? Mes enfants aussi ? Femme, enfants, serviteurs, tous ceux qu’ils ont pu trouver. Il n’a pas d’enfants. Tous mes chers poussins, et leur mère, fauchés d’un seul coup cruel ? Luttez comme un homme. Oh… Oh, c’est ce que je ferai. Mais il faut bien aussi que j’en souffre comme un homme. Coupable Macduff ! Ils furent tous frappés à cause de toi. Que ceci soit la pierre où s’aiguise votre épée. Que le chagrin se change en colère. N’émoussez pas votre cœur, enfiévrez-le. Le saint roi d’Angleterre nous envoie hommes. Notre armée est prête. Il ne nous reste qu’à prendre congé. Mettez-moi face à face avec ce démon d’Écosse, et placez-le à portée de mon épée. S’il en réchappe, que le Ciel lui pardonne aussi. Il fortifie encore le puissant Dunsinane. Certains le disent fou. D’autres, qui le haïssent moins, parlent de furieuse bravoure. Mais à coup sûr, il ne peut plus boucler son délire malade dans le ceinturon d’une règle. Ceux qu’il commande n’obéissent qu’au commandement. Nullement à l’amour. Maintenant il sent ses meurtres secrets lui coller aux mains. Pourtant il y a encore une tache. Va-t’en, tache damnée ! Va-t’en, te dis-je ! L’enfer est ténébreux. Fi, mon seigneur, fi ! Un soldat, avoir peur ? Pourquoi aurions-nous peur de qui le saurait, quand nul ne peut demander des comptes à notre pouvoir  ? Mais qui aurait cru que le vieil homme avait en lui tant de sang ? Le thane de Fife avait une femme. Où est-elle à présent ? Quoi ? Ces mains-là ne seront jamais propres ? Assez, mon seigneur. Assez. Vous allez tout gâter avec ces tressaillements. Là, il y a encore cette odeur de sang. Tous les parfums de l’Arabie ne pourront purifier cette petite main. Lavez-vous les mains. Mettez votre robe de chambre. N’ayez pas l’air si pâle. Au lit. Au lit. On frappe à la porte.



Remonter