TOUCHES:

Fou Ride Super Aventure, Fou Ride Super Aventure jeux, Jeux de Fou Ride Super Aventure en ligne, Jeux de Fou Ride Super Aventure gratuits en ligne

Pour tout. Pour être vous. Pour vous avoir connue. Au revoir, Matilde. Mais où allez-vous ? Où ? Le lieu importe peu. Pourquoi tout ça ? Pourquoi partir ? A cause d’une bêtise que j’ai faite. Descendez mon sac, et laissez cette valise. Allô ? Je devais t’appeler, moi ! Tu es imprudent ! Et tu n’as pas appelé. Je dois te voir. Oui, c’est très important. Pour toi aussi. Non, ne crains rien. Personne ne sait rien. Chéri, on ne peut se voir. Il veut que je l’accompagne. Oui, un voyage. Aujourd’hui. Je ne sais pas pour combien de temps. Tu ne peux pas partir ! Juan, écoute ! Oui, il est là. On peut tout perdre. C’est déjà fait. Maintenant, on peut se voir seuls. Viens avec moi Jeux à la police. Livrons-nous. Oui, je comprends. D’accord. Je vais venir. Comme toujours. Je serai là dans une heure. Je ne t’ai jamais compris, Juan. Trop compliqué pour une femme comme moi. Tout m’a été donné classé, et mesuré. Tu t’es tout le temps échappé. sans savoir où était ta vraie place. Pardonne-moi. Je n’ai pas su t’aider. Je n’ai pas pu. J’ai dû être une grande déception pour toi, Maman. Cherchant toujours la sortie Jeux comme un bourdon Jeux se heurtant aux vitres. Tu sais, l’autre jour à la Faculté, quelqu’un a cassé la vitre. Aujourd’hui est un grand jour, Maman. J’ai trouvé la sortie, la solution. De quoi ? De tout. Il ne vont pas me donner un Oscar, mais je serai un genre de héros. Tu pars ? Oui. On passera te voir plus tard. On ? Qui est l’autre ? La même que d’habitude, Maman. Rafa ? Oublie-le. L’important c’est ce que tu peux dire maintenant. Ce que tu es capable de faire. Je voudrais pouvoir te croire. Miguel, tu es ce que j’ai de plus cher. Non ! Moi, non. Ton égoïsme. Mon égoïsme ? C’est la seule chose que je puisse utiliser en ma faveur. Ton égoïsme, ton avidité, ta soif de vivre, ton infini désir de tout. Je t’aime, Miguel. Non, tu ne m’aimes pas. Tu aimes ce que je représente. Tout ça. Tout ce que je peux te donner. Tout ce que je peux t’enlever. Je sais. C’est abject. Mais ton égoïsme est ma seule force. Je partirai. Je serai toujours avec toi. Tu es capable de tout pour me garder, c’est ça ? De tout. De tout détruire pour conserver ta vie. Oui. Très bien. Notre avion part à h. Nous partirons loin, et pour longtemps. Choisis. Je t’attendrai. Tu sais, pour la première fois depuis longtemps, Je peux croire en quelque chose. En toi ? En nous. En notre propre dignité. Maintenant je suis content, et tu dois l’être aussi. Nous serons maîtres de notre destin. Nous dirons non aux saletés, y compris à notre affaire. Plus de mensonges ni de regard des autres. Nous prendrons un nouveau départ. Quoi ? Et si tout ça était mensonge ? Tout quoi ? Tout. Si je ne t’aimais pas ? Si je ne voulais pas aller à la police ? J’irais quand même. Sans moi ? J’irais quoi qu’il arrive. Mais je pourrais m’en tirer seule Non, tu ne pourrais pas. Et toi tu ne me sauverais pas ? Non, je ne peux rien. Ils le sauraient. Et je perdrais tout, non ? Que crois-tu avoir encore ? Je t’ai, toi. Non, si tu ne m’aimais pas. Je pourrais garder – Ton monde ?



Remonter