PUB





TOUCHES:

Football Américain Tactiques, Football Américain Tactiques jeux, Jeux de Football Américain Tactiques en ligne, Jeux de Football Américain Tactiques gratuits en ligne

Pire encore,le fer était à moitié arraché.Quand s’estelle mise à boiter ?L’orage l’a effrayéeet elle s’est emballée.C’était le soir où jeuxLe soir où Robert est mort.Une sale journée.Si vous aviez appelé de chezla mère de M. Forrest jeuxJ’ai essayé,la ligne était coupée.Vous étiez làbas quand jeuxavant l’accident ?Oui, j’arrivais de làbas.C’est le destin qui a vouluque Diana s’emballe.J’aurais pris le raccourciet vu que le pont était brisé.J’aurais pu prévenir Robert.Je m’inquiète plus pour vousque pour la jument.Si vous emmeniez notre amifaire du cheval ?II semble s’y connaître. Avec plaisir. Je vous donnerai une tenue.Sellez Kay et Bootsaprès déjeuner.Merci pour votre aide.On ne peut pas fuir la réalité.La mort de Robert vous obsèdeet moi aussi.Autant aborder le sujet.Dire que sans Dianavous auriez pu voir jeuxQue le pont était dangereux ?Ou qu’on l’avaitrendu dangereux.Pourquoi ditesvous cela ?Comment peuton croire cela ?II y a toujours des gensmédiocres qui veulentabattre les grands hommes.Vous pensez à quelqu’un.S’il s’agit de Geoffry,c’est horrible.Je n’ai pas prononcé son nom.Vous savezque Robert le détestait.Je sais que Midforda eu des ennuis.Vous l’avez accusé.J’ai simplement ditqu’on pouvait supposerqu’une personne haïssantou jalousant votre mariavait pu donner un coup de pouceà l’orage.Vous m’avez demandé d’être francet de donner mon avis.Mais je n’aime pas ça.Si j’abats les barrièresj’ignore ce qui peut arriver.A qui ?A vous.Qu’attendezvous de moi ?Votre confiance.Je vous l’ai donnée.Je vous considérais mêmecomme un ami,comme son ami.J’ai cruqu’on travaillait ensemblepour qu’il continue à vivrequand nous aurons disparu.Voilà ce que vous m’offriez.Que s’estil passé ?Je vous le demande.C’est la maison de sa mère ?L’orage se rapproche.J’aimerais la rencontrer.Je vais dans l’autre sens. Je viens voir Mme Forrest. Mme Forrest ?Elle se repose.Vous vous trompez de maison.Mme Forrest vità quelques kilomètres d’ici.J’en viens. Mme Forrest vous envoie ? En un sens.C’est une erreur.Je vais voir la gouvernante.Venez vite.Ou ils diront que je dors.Fermez la porte.Il y a un courant d’air.Vous ne m’en voulez passi j’ai oublié votre nom ?Assez, Mme Taylor.M. O’Malleyvient me rendre visite.Je vous sonnerai.Vous avez compris ?Oui, Mme Forrest.Pauvre Mme Taylor,elle oublie parfoisqu’elle n’est qu’une domestique.Asseyezvous.Merci.Vous êtes un ami de Robert ?Un de ses fervents admirateurs.Robert est mort, vous savez.Oui, je sais.Il a beaucoup pluces derniers temps.Je crois qu’il y avait un oragele soir où jeuxL’autre soir.L’autre soir ?Le soir où Roberta été assassiné ?Vous êtes un des associésde Robert ?Non, je suis écrivain.Ecrivain ?C’est passionnant.Vous écrivez des pièces ?J’en ai écrit une ou deux.Sans succès.Il faut écrire une piècesur mon fils.Je veux qu’on écriveune pièce sur mon fils,pour dire la véritésur sa mort.Je vous aiderai.C’est très aimable à vous.Pardon de vous avoir dérangée.Ne partez pas.Vous me plaisez.Où est Robert ?Entrez, ma chère.Nous allons vous laisser.Vous allez pouvoirassouvir votre curiosité.M. O’Malley est écrivain.



Remonter