PUB





TOUCHES:

Feed Us 4: Xmas Xpension, Feed Us 4: Xmas Xpension Jeux, Jeux de Feed Us 4: Xmas Xpension en ligne, Jeux de Feed Us 4: Xmas Xpension gratuits en ligne  C’est dégoûtant… et pas chrétien. Tu sais ce que j’en pense. Les gens qui font ça, on devrait les enfermer. Je n’ai pas le choix, alors. Tu n’es pas obligée de l’avoir. Tu te rends compte à quel point ça va changer ta vie ? Je ne vais pas tuer mon bébé. Il est là, je le sais. Je vais pas le tuer. Ce n’est pas toi qui décides. Qui va l’élever ? Qui va payer pour tout le nécessaire ? Tu as pensé à ça ? Tu ne peux même pas gagner ta vie, alors un enfant… Je me débrouillerai. Et comment tu vas te débrouiller ? Tu n’as aucune idée de ce que ça implique. Si tu es raisonnable… tu dois nous écouter et suivre nos conseils. Tu veux le garder. Moi, je sais que tu as tort. On dirait que tu penses pour moi. Oui, peut-être, après tout… tu fais partie de moi, n’est-ce pas ? Je veux mon bébé. Qu’est-ce que ça nous fera, de te voir dans cet état ? – Je vais m’en aller. – Ah, oui, c’est parfait. On t’a élevée et tu veux t’en aller comme ça. Tu n’es qu’une gosse. Qui dit que j’ai tort ? Tu dois le savoir, si tu as raison ou tort. C’est la décision la plus importante pour toi. Je me demande si tu sais ce que tu veux. Tu dis une chose. Moi, je sais que ce n’est pas ce que tu veux. Tu es ma fille, je sais exactement ce que tu veux. J’aime les enfants… mais je sais bien que c’est pas une raison. Mais c’est là, dedans. Je pourrais te tuer. Tu vois dans quel état tu mets ton père… et moi. Nous avons toujours fait de notre mieux… pour te donner un exemple à suivre. Ça n’a servi à rien ? Je n’ai pas dit… mais si… Tu vois, tu te contredis tout le temps. – Je sais plus où j’en suis. – Oui, ma chérie. Je sais, mais nous allons t’aider. Tu sais combien on t’aime. Je suis désolée. Ne t’en fais pas. Merci d’être venu me parler. Il n’y a vraiment pas de quoi. Je crois pas que ma femme approuve. Feed Us 4: Xmas Xpension ? Elle n’aime pas que je vienne seul. Feed Us 4: Xmas Xpension ? C’est une brave femme, Vera… mais c’est à cause d’elle que je suis venu. Elle adore sa fille… Des fois je lui disais, quand Jeux a été plus âgée : “Tu devrais penser plus à toi.” Vous savez, comme on parle à sa femme. Je lui disais de sortir un peu plus.



Remonter