PUB





TOUCHES:

Pâques Bagatelle, Pâques Bagatelle jeux, Jeux de Pâques Bagatelle en ligne, Jeux de Pâques Bagatelle gratuits en ligne

Pâques Bagatelle Je prends mon café. Ça vous dit ? Non, merci. Moi, c’est déjà fait. Je vois que Mme Moulin n’est pas là. Ah non. Ça, elle n’est pas là ! Et c’est sûrement pas elle qui vient. Pardon, vous avez des visites. Il n’y a pas de mal. Monsieur Roland. Mademoiselle. Oh ! Des marrons glacés ! J’en prends un. Il vaudrait mieux demander à monsieur. Ah ! Excusezmoi. Non. Mangezle. Antoinette est partie ? Oui. J’étais venue pour prendre mon livre. Quel livre ? Je l’ai laissé sur la cheminée. Ah ben, allezy. C’est rare de vous trouver à cette heure. Oui, hein ? Plutôt. Il y a rien de grave, au moins ? Rien du tout. Tant mieux. Moi, ce que je disais, c’était par intérêt pour Antoinette. Bon. Alors, je m’en vais. Vous ne me dérangez pas du tout. Vous le trouvez, ce bouquin ? Oui, oui. Vous l’avez lu, L’As de trèfle ? Attendez, j’ai laissé un papier dedans. Une lettre. Je l’aurais pas lue. Je sais bien. Il n’y reste plus rien ? Merci. Je me sauve. Je dois prendre mon service. Monsieur Roland. Mademoiselle. Une amie de votre femme ? Quoi ? La petite lettre, là. C’est ça. Ces logements ouvriers ! On vit les uns sur les autres. Plus ou moins. Pardon. Pardon. C’est chaud, l’été sous les toits. À crever. C’est dur pour une jeune femme. Je vous crois. L’hiver, vous êtes bien chauffés ? Non ! Mais on se couche à h. Écoutez, Moulin. Vous m’êtes sympathiques, tous les deux. Si, si ! Vous êtes jeunes. Il faut vous aider. Votre femme est fatiguée, elle a besoin de vacances. Elle les aura. Ah ? Oui. Je lui propose une place. Elle se tuerait pas, prendrait l’air. Elle gagnerait plus. Pourquoi ? Je vous l’ai dit, parce que Jeux Je vous suis sympathique. Oui. Et ma femme aussi. Oui. C’est fou ce qu’on peut être sympathiques. Alors c’est non ? Comment, non ? Vous refusez la place ? Oh, bien sûr. Je vous croyais plus intelligent. Et plus sympathique ? C’est tant pis pour vous. Vous descendez ? Vous oubliez ça. C’est pour vous. Dommage, je peux pas en manger. Ça me fait mal aux dents. Monsieur Roland, vous tombez bien. Votre dernier savon ne vaut rien.



Remonter