TOUCHES:

De Minuscules Réservoirs Aventure, De Minuscules Réservoirs Aventure jeux, Jeux de De Minuscules Réservoirs Aventure en ligne, Jeux de De Minuscules Réservoirs Aventure gratuits en ligne

ils l’ignorent complètement. Si je crie, c’est qu’il faut crier pour aller mieux. Et je ne crie même pas. Jean-Marie, c’est la personne importante. C’est pour ça que je n’ai pas voulu le voir. Quand ça va mal, je suis reconduite à lui. Et quand ça va bien, il m’empêche d’aller bien. Je n’arrive pas à te parler de lui. Je voulais bien t’en parler, prendre le temps. Mais je n’y arrive pas. Je me suis faite anglaise pour te fuir, il me semble. Comme si je ne voulais pas que tu existes. Je ne voulais pas être ta bâtarde. J’aurais voulu être seulement ta fille. Mais je suis revenue en France. Je me suis faite anglaise pour être comme ma mère, alors. Pour épouser un Français, comme elle. Un Français comme toi. Peut-être, aussi, j’étais jalouse de ma soeur. Quand j’étais petite, je ne comprenais pas. Tu me préférais. Oui. Maintenant, je le crois. Tu me préférais. Je t’attirais plus qu’elle. Mais j’ai l’impression que tu t’en voulais, de me préférer. Je vous aimais toutes les deux. Je parle d’une attirance plus grande. Tu ne me contredis pas, avec ta phrase. Ose dire le contraire. Non. Je ne suis pas d’accord. Et moi, je te dis que si ! Si ! C’est presque tout ce que je sais de toi. Si ! Quand j’étais petite, je ne comprenais pas. Je croyais que tu la préférais. Que tu es beau, quand tu dors. Doux, et long, et disloqué comme une belle dame qui sommeille. Les mains pour cacher la lumière. J’entends ta respiration, régulière et fatiguée. Je voudrais te regarder longuement, mais je n’ai qu’un instant. Je ne m’attendais pas à voler ton image sans que tu le saches. Merci. Oui ? Ta femme se plaint qu’on ne l’ait pas appelée. Que tu ne l’as pas appelée. Va dormir. Je n’ai pas sommeil. Elle était très agacée ? J’appellerai demain. Tu m’y feras penser ? Tu y penseras tout seul. Je vais me coucher. Je vais lire un peu. Si ton insomnie a la peau dure, rendez-vous à h du matin. D’accord. D’accord. Je veux te montrer mon appartement. Je n’arrive pas à dormir, ici. Je veux te montrer mon appartement maintenant. J’aimerais qu’il te plaise, mon appartement. Tu ne l’as jamais vu. Et on va voir la piscine. Il y aura des filles nues avec des belles poitrines. Et l’escalier mécanique. Je voudrais savoir si l’escalier arrive jusque chez moi. Allez. Si tu as sommeil, tu dormiras chez moi. Viens voir la piscine. Allez. Habille-toi. Je suis contente de te montrer ma maison. Tout bute sur toi. Tu es mon but. Mon début, aujourd’hui. Je ne sais pas pourquoi, mais j’en suis sûre. Pourquoi crois-tu que je suis revenue ? Dis-le-moi. Je ne comprends pas. Pourquoi tu ne veux pas comprendre ? Pourquoi ? Pourquoi ? Ça te plaît ? C’est bien. C’est vraiment bien. Viens ici, toi. Depuis combien de temps tu ne m’as pas prise comme ça, dans tes bras ? Les seins qui vous poussent quand vous avez ans, c’est pour repousser le père. Mais les miens n’ont pas poussé. Je voulais te garder contre moi, et pas te repousser avec ma poitrine. Mais tu es quand même parti. Je vais allumer la lumière. J’ai rêvé de toi si fort. Je te croisais dans un escalier que tu descendais doucement.



Remonter