PUB





TOUCHES:

De La Décoration D’Intérieur, Jeux de De La Décoration D’Intérieur Gratuits en ligne La Qualité Du Jeu

De quoi tu parles ? Je vois les serpents. Comme quand j’étais dans ces tunnels. Henry, j’étouffe. Écoutemoi et détendstoi. Je ne peux pas. Si. Regardemoi. Je vais aller chercher tes pilules. Mais avant, je veux que tu te concentres. Respire. Respire. C’est bien. Ne pense plus qu’à respirer. Doucement. Il récupère, Sam. C’est bien. Bien. Voilà. Voilà. C’est ça. Voilà. OK. C’est passé ? Oui. Merci, Henry. Ça va aller. Je vais aller jusqu’à la rivière pour me rafraîchir un peu. Je vais bien. Qu’estce qui se passe ? Aucune idée, mais on l’a échappé belle. Tu t’appelles Henry Adams et ce garçon s’appelle Roy. Roy Brown, je sais. Quoi d’autre ? On est le novembre . Dans les montagnes de l’État de Washington. On campe ? Non, tu vis ici. Vous étiez au Vietnam ensemble. Henry était fantassin, Roy, rat de tunnel. Un quoi ? Quelqu’un d’assez petit pour se glisser dans les tunnels et chasser l’ennemi. C’est une mission très dangereuse. C’est comme ça qu’il a été blessé. Comment ? Ils avaient repéré des Viets dans des tunnels. Ils ont envoyé Roy sur les lieux. Mais les Viets l’attendaient. Il a pris une balle dans la tête. C’est pour ça qu’il est un peu lent. Pourquoi ils vivent ici, Al ? Beaucoup de vétérans se sont écartés du reste de la société en rentrant. Pourquoi ? Facile : pas de gens, pas de guerre. Pourquoi je suis là ? Jeux de Fille y travaille. Si tu y retournais pour accélérer les choses ? Si tu regardais dans la cabane ? Il y a peutêtre quelque chose qui te mettra sur la voie. Si on assermentait d’autres hommes et qu’on se séparait ? Non. Je les trouverai moimême. Je partirai demain dès l’aube. Très bien. À demain alors. Reconstituer la vie d’Henry n’allait pas être facile, mais cette photo était un bon départ. J’y reconnaissais Henry et Roy, mais un autre visage retenait mon attention. J’étais sûr que c’était l’homme qui m’avait poursuivi avec un fusil. Maintenant, la question était : Pourquoi ? août . On a nettoyé un autre village ennemi. Comme hier, avanthier et avant avanthier. J’ai toujours l’impression de vivre un cauchemar. Vérifiez les cabanes près de la rivière. Je ne veux plus voir un Viet en vie. Vous avez entendu. On y va. Quelque chose ? Quelques trous vides. Mais il y a eu des Viets, c’est sûr. Il y a une tonne de munitions. Je vais nettoyer ce village. T’as quelque chose ? Rien qu’un vieux. En route. Une seconde. On doit nettoyer le village. On obéit. John, c’est qu’un vieux. Il n’y a plus de jeunes ou de vieux, juste eux et nous. Non, je ne peux pas. Quoi ? Tu as compris. Je refuse de le tuer. John, il a peutêtre raison. On devrait se tirer et laisser l’aviation faire le ménage. Le commandant dit que c’est un point stratégique et qu’on doit nettoyer. Tu piges rien. C’est un ordre, sergent. Aucune importance. Si. Une grande importance. Alors faisle toimême. John. John. On est restés là, à la regarder brûler. On n’en a plus jamais reparlé. Tu écris encore dans ton journal ? Non, je relisais un passage. Entre, assiedstoi. Tu sais que je ne peux pas. C’est vrai. Henry dit qu’il est devenu claustrophobe à force d’être sous terre.



Remonter