PUB





TOUCHES:

De Basket-Ball Pousses Défi 22, De Basket-Ball Pousses Défi 22 jeux, Jeux de De Basket-Ball Pousses Défi 22 en ligne, Jeux de De Basket-Ball Pousses Défi 22 gratuits en ligne

Vous le saviez ? Oui. C’est ce que je me suis dit. Elle va bien ? Elle va bien. Merci de demander. Corey, où étiez-vous la nuit dernière, de h à minuit à peu prés ? J’ai déjà répondu aux autres agents. Ok. J’étais avec ma mère. Elle est malade, je suis resté avec elle pour l’aider. Désolé pour votre mère. Tracy Nash, elle vient souvent dans votre café ? Oui. Elle me rend nerveux. Elle vous rend nerveux ? Oui, elle me rend nerveux. Elle est très belle. Bon… Elle me rend très nerveux. Alors je fais des dessins. Dans son café, comme des coeurs, des tourbillons. Mais elle met toujours un couvercle, donc elle le voit jamais. Mais c’est pas grave. Elle n’est pas pour moi. Ça va sembler bizarre comme question, mais auriez-vous remarqué quelqu’un qui la regarde dans votre café, qui l’observe ? Americano, la bonne taille. Quoi ? Il y a ce gars. Il est blanc, cheveux bruns, a l’air de travailler dans le bâtiment, et il commande que des Americanos. On demande toujours quelle taille et il répond, “la bonne taille”. Donc on lui donne un moyen. Dites m’en plus sur lui. Il vient tous les soirs quand elle rentre à la maison. Il regarde de l’autre coté de la rue du coté de son appart. Je suppose qu’elle habite là-bas. C’est l’immeuble de l’autre côté ? Oui. Parfois, il prend des photos avec son téléphone. Oh, mon Dieu. Tu sais de qui il parle ? Je viens de parler à la mère de Corey. Son alibi est confirmé. Mais en regardant dans le système, j’ai trouvé ça, de la semaine dernière. Tentatives d’effractions, par un balcon vers minuit, une femme a trouvé un homme dans son appartement. Elle a crié et il s’est enfui. Tu veux aller voir ? Oui. J’ai rien de nouveau. À moins que vous ayez trouvé l’homme. Non, pas encore. Mais, on enquête sur un incident similaire. On pense qu’il y a un lien. Quel sorte d’incident ? Un de nos agents a été attaqué la nuit dernière à quelques rues d’ici. Elle va bien ? C’était moi, en fait. Et je vais bien. J’ai pu le repousser et il s’est enfui. Pria, c’est écrit que vous avez laissé le balcon ouvert. Cest comme ça qu’il est entré ? Oui. Enfin, je suppose. Il était là quand je suis rentrée. Vous lui avez crié dessus et il s’est enfui ? Pas exactement. Il a sorti un couteau. Il m’a violé et il est parti. Quand je suis entrée, il était là. Il avait une casquette avec un… Il connaissait mon nom. Il a dit qu’il ne voulait pas me blesser, mais il l’a fait. Il m’a bandé les yeux. Et il… Et quand il a fini, il est parti. Pourquoi ne l’avez-vous pas dit à la police ? Pourquoi n’avez-vous pas parlé de l’agression uelle ? Parce que c’était de ma faute. J’ai laissé mon balcon ouvert. J’aurais dû y pensé. Qui fait ça ? Pria, ce n’est pas de votre faute. Il n’y a pas que ça. Je suis sortie. Je suis allée voir des amis. Et je me suis saoulée. Et quand les flics sont arrivés, j’ai paniqué. J’ai juste… Je voulais juste qu’ils partent. On va le retrouver. Mais ça nous aiderait si vous le déclariez officiellement. Non. Non, je ne veux plus en parler. J’ai une nouvelle alarme. Je baisse la luminosité de l’ordinateur.



Remonter