PUB





TOUCHES:

Jeux de Créateur De Jours D’École Adventure en ligne, Le meilleur et le beau jeu gratuits en ligne

-Pour tout le mal que je vous ai fait. -Je vous aime. Beaucoup mieux qu’avant. Musique dramatique Musique à suspense Musique à suspense -Eteignez les incendies. Que la ville soit préservée. -Oui. Une femme crie. -Crie pas. -Lui faites pas de mal. -Tiens ! La femme crie. -Plus vite. -Tiens ! T’en veux encore ? -Celui-là, il est costaud. -Prêts ? Roulement de tambour En joue. Feu. Détachez-les. -Deux autres, vite. -Non ! Non, aidez-moi ! Aidez-moi, je vous en prie ! Non ! -Ca suffit. -Non ! Non ! Je vous en supplie, non ! Non ! Je vous en prie. Pour l’amour de Dieu. Non ! -Prêts ? -Non ! -En joue. -Non ! Non ! Non ! Coups de feu -Détachez-les. Non, c’est tout. Que les incendiaires. Reconduisez-les en prison. Arme sur épaule, droite. -N’y pensez plus. C’est pas à nous de juger si nous devons être épargnés. Dans l’autre monde, Dieu nous donnera des explications. Ah, te voilà, Grison. Approche. Tiens, tu m’as retrouvé. Oh, oui, oui. Je sais que tu m’aimes. Couche-toi ici et bouge plus. Vous voulez une pomme de terre ? J’en ai gardé quelques-unes. Le chien pleure. Oui, tiens. Vous voulez un peu de sel ? C’est meilleur avec du sel. -Bien meilleur. Pourquoi ont-ils fusillé ces malheureux ? -C’est un vrai péché, monsieur. Comme on a créé les lois, on a créé la justice. Allons, Grison, lève-toi. S’il doit mourir noyé, il mourra pas pendu. -Que dites-vous ? -Je dis que les choses se passent comme Dieu veut. Vous avez bien une famille, une femme ? Vos parents sont encore vivants ? Ah. Vous avez peut-être des enfants ? Vous avez le temps, vous êtes jeune. Ce qui compte, dans la vie, c’est de savoir mettre les choses à leur place. Moi, par exemple, je vivais tranquillement. On avait une jolie maison, un petit morceau de terre et une vie qu’on aurait pu nous envier. A la moisson, la famille se réunissait et on était heureux. Et puis, un jour, j’ai pénétré dans une forêt privée pour couper du bois. Le propriétaire m’a vu. Un juge m’a condamné, fait fouetter et envoyé servir comme soldat. D’abord, on a pensé que c’était un grand malheur.



Remonter