PUB





TOUCHES:

Chaleur Rush Etats-Unis Aventure, Chaleur Rush Etats-Unis Aventure jeux, Jeux de Chaleur Rush Etats-Unis Aventure en ligne, Jeux de Chaleur Rush Etats-Unis Aventure gratuits en ligne

un petit garçon nommé Abe. C’était toi. C’était moi. Il vivait dans un charmant pensionnat sur une petite île près du pays de Galles où le soleil brillait chaque jour. La directrice, Miss Peregrine, était très futée. Et elle fumait la pipe. Elle pouvait se transformer en oiseau. C’était un pensionnat pour des enfants spéciaux comme Bronwyn et Victor. Ils étaient tous deux aussi forts que dix hommes. Et Hugh… Hugh avait des abeilles à l’intérieur de son corps. Où est Emma ? Elle pouvait flotter. Elle était plus légère que l’air. Elle devait porter des souliers de plomb pour éviter de s’envoler. Où est-elle maintenant ? Encore sur l’île, je pense. Mes parents m’avaient envoyé là-bas pour vivre avec les enfants spéciaux. Maintenant, Tygrysku, c’est l’heure de dormir. Il m’appelait Tygrysku. ”Petit tigre” en polonais. Il n’aurait pas pu trouver un surnom moins approprié. J’étais une vraie poule mouillée. Pourquoi tes parents t’ont-ils envoyé au pensionnat ? Où on vivait en Pologne, ce n’était pas sécuritaire. Il y avait des monstres. Quel genre de monstres ? Énormes, avec de longs bras, sans yeux, et avec des tentacules comme ça. ÉCOLE PRIMAIRE TAYLOR C’est bête, mais… durant des années, j’ai cru à ses histoires. Et voici Millard. Il est invisible. Ma prof a dit que c’était des photos truquées. L’as-tu crue ? Papa croit que tu les as trouvées chez un brocanteur durant un voyage. Je ne te mentirais jamais, Tygrysku. Mais tu m’as menti à propos de l’orphelinat, des monstres. C’est papa qui me l’a dit. Ton père sait très bien que j’ai vécu dans un pensionnat. Il a dit qu’il y avait vraiment des monstres en Pologne, mais pas le genre avec des tentacules. Et qu’on t’a envoyé au pays de Galles parce qu’il y avait des méchants. Des gens qui voulaient tuer tous ceux qui étaient différents. Je ne veux plus parler de tout ça. Il a dit que les enfants étaient spéciaux… mais pas comme tu le dis. Je dis juste que demain était censé être un jour d’écriture. Ça fait cinq ans que tu planches sur ce foutu livre. Être avec ton fils le jour de son anniversaire changerait quelque chose ? D’accord. Tu as une photo intéressante ? Regarde-moi ça. Super. Tu devrais la garder. Allez, on s’en va. Comment fais-tu pour garder le moral ? Tu étais bien plus proche de lui que je l’étais. C’était un grand-père formidable, mais pas un très bon père. Tous ses emplois impliquaient de rentrer tard ou de partir longtemps. Ta tante Susie et moi, on le soupçonnait de tromper notre mère. Désolé, mon gars. Je sais combien tu l’admirais, mais c’est ainsi. Surprise ! Bon anniversaire, cousin Jake ! C’est super que tu passes l’été avec nous. Il faut qu’on te montre le nouveau bateau. J’ai hâte de voir ça. C’est ta tante Susie. Je pense que celui-ci va te plaire. Ça vient de ton grand-père. J’ai vu ça en faisant des boîtes. Je me suis dit qu’il voulait te le donner un jour. Merci. ESSAIS ET AUTRES ÉCRITS DE RALPH WALDO EMERSON À Jake, et aux mondes qu’il lui reste à découvrir. Mon très cher Abe, J’espère que tu vas bien. Les enfants et moi attendons de tes nouvelles.



Remonter