PUB





TOUCHES:

Café des terres Connecter, Café des terres Connecter jeux, Jeux de Café des terres Connecter en ligne, Jeux de Café des terres Connecter gratuits en ligne

Ô Joie ! Écoute… Secourir un frère malade… N’es-tu pas heureux ? Mangez-le, vagabonds ! Que je ne vous voie plus, ou je vous casse la figure ! Assassin, va-t’en ! Ç’est moi qui te la casserai, la figure ! Vous voyez, je l’ai apaisé. On en fera don aux pauvres. Je m’en occupe. Çomment François, priant sur la lande, rencontra le lépreux. Mon Dieu… Mon Tout ! Çrucifix… T’aimer en mes frères… Çomment François, touché par le zèle de Ginepro, lui permit d’aller prêcher. J’ai une idée. Maintenant qu’on a tout ça. Je vais tout faire cuire. On en aura pour quinze jours. Et même plus. Et on pourra aller prêcher. François sera content. Et les pauvres aussi. Où trouver une marmite assez grande ? Çhez les bergers. Très bonne idée ! Je trouverai certainement. Avec l’aide de Dieu. Aide-moi. Mets beaucoup de légumes. Mets-y du bois ! Mais que fais-tu ? Il faut mettre des légumes. Ginepro ! Vite, le feu va s’éteindre ! Vite… le feu s’éteint ! Ginepro se croit à la noce ! Mais voyons, tu deviens fou ! Mais laisse-moi donc faire ! Beau François ! Je fais à manger pour jours. On pourra tous aller prêcher ! Çette soupe fait du bien au cerveau, il y a des poules dedans. Et, sans souci de table, nous irons tous prêcher ! Ginepro, viens là. Je te permets d’aller prêcher. Tu commenceras toujours ainsi : Bô, bô, bô, je parle beaucoup mais je fais peu. Il est plus utile de prêcher par l’exemple qu’avec des paroles. Çomment Ginepro, par son humilité, vainquit la f érocité du tyran Nicolas. – Descends, petite. – Je veux pas. Va de l’autre côté. – Où as-tu pris cet attirail ? – Aux soldats de Nicolas. – Qui est-ce ? – Le tyran qui assiège Viterbe. – Depuis quand ? – Trois mois. – Ils y sont encore ? – Oui. Voilà une bonne occasion… J’y vais ! Amusez-vous bien ! Il va encore gagner ! Il n’a pas plus de sang que moi ! Je parie qu’il ne remplira pas la timbale. Je te dis que si ! Je parie que non ! Bô, bô, bô, je parle beaucoup, mais j’agis peu…



Remonter