TOUCHES:

Bob L’Éponge Et Patrick Nouvelle Rapide Action, Bob L’Éponge Et Patrick Nouvelle Rapide Action jeux, Jeux de Bob L’Éponge Et Patrick Nouvelle Rapide Action en ligne, Jeux de Bob L’Éponge Et Patrick Nouvelle Rapide Action gratuits en ligne

les gars ! Allez-y ! Au boulot ! Tu sembles être l’homme de la situation, Sybert. En espérant que tu ne nous fasses pas tous tuer. J’ai vu un bateau dériver. J’ai entendu sa sirène. Un signal de détresse. Il y a minutes, Bernie. De ma maison. Avec le vent qui souffle du sud et ces courants, ce navire n’est sûrement pas loin et va franchir la barre. Ça ne peut pas être un morceau du Mercer, Bernie. Il est au large de Nantucket, km au sud-est. Il aurait donc dérivé vers le nord-ouest ? Je sais ce que j’ai entendu. Je sais ce que j’ai vu. Très bien, dans ce cas. Si on retournait à la station, question de faire la lumière sur tout ça. Je viens de parler à la station de Boston. Ils ont dévié un avion du Mercer qui dit avoir vu la poupe du pétrolier Pendleton à huit kilomètres d’ici. Mon Dieu. Deux pétroliers fendus en deux le même jour. C’est sûrement un record. Boston et Nantucket ont envoyé tous leurs bateaux au Mercer. Ils n’arriveront pas ici avec ce temps. Webber. Trouvez-vous un équipage. Vous allez sortir avec le essayer de franchir la barre, pour ensuite trouver la poupe du Pendleton. C’est compris ? Oui, monsieur. Vous voulez vous réchauffer un peu, boire un café ? Bernie. Oui. Quoi ? Ce que Carl essaie de te dire n’a rien à voir avec le Landry. Au contraire. Richie. Huit hommes sont morts ce soir-là. Toi, Gus et Masachi n’avez même pas pu sortir. Selon toi, comment y arriveras-tu cette fois-ci ? Tu sais comment est la barre par ce temps ? Oui. Cet homme ne sait pas ce qu’il fait. Il vous envoie mourir. La barre Chatham est infranchissable par ce temps. Et un demi-navire ne restera pas à flot bien longtemps. M. Stello, un garde-côte a le devoir de sortir. Mais il n’est pas dit qu’il doit revenir. On doit suivre les règles. Bernie, vous feriez mieux de vous perdre avant d’aller trop loin. Ne vous inquiétez pas, M. Ryder. Je ne me perdrai pas. Je connais ces eaux. Comment pourrais-je me perdre ? Non, non, Bernie. Ce que Dave essaie de vous dire, c’est que vous devriez faire le tour du port et dire que vous avez essayé de sortir, en vain. Tu comprends ? Merci, M. Ryder. Merci. Mais, M. Stello, je vais faire de mon mieux pour sortir. Je ne suis pas sûr d’y arriver, mais je vais essayer. D’accord. Richie est volontaire. Qui d’autre ? Je ne sais pas, Gus. Tu as du mal à te tenir. Qui d’autres comptes-tu emmener ? Fitz est le seul autre mécanicien. C’est un troisième classe, il n’a pas d’expérience. J’irai. Oui, je peux le faire. Je peux le faire. Tu ne peux pas y aller. Tu es malade comme un chien. Il a raison, Gus. Un dernier. Quelqu’un doit aller secourir ces hommes, non ? C’est pour ça que je me suis engagé. Voilà ma chance. Matelot Ervin Maske, du bateau-phare Stonehorse. Les pompes ne suffisent plus. Encore un mètre et on perd les moteurs. Peut-on mettre la chaudière à plein régime ? Tu crois pouvoir diriger ce bateau endommagé avec quelques câbles et une barre de fortune ? Tu as une meilleure idée ? Je t’écoute. Là ! Un haut-fond à moins de deux kilomètres ! On peut y arriver ! Gouvernail, degrés à bâbord



Remonter