PUB





TOUCHES:

Barbie Vélo Stylin’ Trajet Aventure, Barbie Vélo Stylin’ Trajet Aventure jeux, Jeux de Barbie Vélo Stylin’ Trajet Aventure en ligne, Jeux de Barbie Vélo Stylin’ Trajet Aventure gratuits en ligne

ça au point avec Justina ! C’est pas moi ! Ordure ! Non, M. le Juge, c’est pas moi ! C’est José ! C’est pas vrai, c’est nous tous ! Sotero, Chucho, Jacinto et José ! Ordure ! Pourri ! Je vais te noyer dans ta propre cochonnerie ! Crève, charogne ! C’est lui ! Calme-toi, bonhomme. Calme-toi. Viens là. Tu es devenu fou ? Il est fou ! Il est fou ! Je vous demande pardon, papa. J’ai fait une bêtise. Allons, compadre, fais pas ta mauvaise tête. Laureano, dis-lui que s’il me parle en tant que préfet Jeux je lui répondrai, mais pas s’il me parle en tant que fils. Ohlala ! Parce que mon seul fils Jeux c’est mon chien. Pas vrai, Satan ? Tu as entendu ? Dis-le lui ! Dis-le lui ! Taisez-vous, on veut dormir ! Je ne suis plus préfet, papa. J’ai démissionné. Alors nous n’avons plus rien à nous dire. Ouvrez cette porte ! En tant que préfet intérimaire Jeux je vous ordonne de ficher Jeux le camp et de régler ailleurs vos histoires de famille Jeux parce que vous êtes les seuls à pouvoir le faire. Viens, Satan ! Pousse-toi. Oui, papa. On va enfin pouvoir dormir tranquilles ! Tu es en deuil ? Oui, Laureano. C’est Bibianita ? Et mon fils. Ils sont morts tous les deux. Ils m’ont tourné le dos. Pour moi, ils sont morts. Qu’est-ce que tu racontes compadrito ? Je dis la vérité, compadre. Ma femme a monté mon fils contre moi. Et mon fils m’a renié. Il m’a outragé. Et la société m’a tourné le dos. Quelle mauvaise foi, compadre. Bonjour, Laureano. Qu’importe ! Il y a d’autres femmes, comme celle-ci, qui m’aime Jeux je vais fonder un autre Jeux foyer et avoir d’autres enfants Jeux réussis ceux-là, pas ratés comme le premier. Le passé n’existe plus pour moi. Je commence une nouvelle vie. Je vous salue Marie ! Pleine de grâce. Don Cruz veut ses vêtements et ses affaires. Où les emportez-vous ? Ben, avec vot’ pardon Jeux chez la Justina. Doux Jésus ! Qu’il vienne lui-même ! Cette fois-ci, laisse-moi faire. Si tu le contredis, tu ne feras qu’empirer les choses. Tu as raison, ma mère avant tout. Malade comme elle est, il ne faut pas la contrarier.



Remonter